15 juillet 2024

Séance de Conseil communal du 3 septembre 2009

Vevey Libre était présent avec 11 membres (deux excusés).
Quatre décisions ont été prises ce soir-là, dont trois qui méritent d’être soulevées (pour un compte rendu complet, aller sur www.vevey.ch /vie locale/évènements/séance de reprise un peu confuse…).
1° : Participation de la Commune de Vevey à l’augmentation du capital de VMCV :
Le sujet véritablement important a été l’augmentation de capital nécessaire pour les VMCV, confrontés, le 31 décembre dernier, à une perte comptable de leur caisse de pension. Au bouclement de l’année 2009, il manquait près de 3 millions pour atteindre le niveau de couverture prévu dans le plan de recapitalisation de cette caisse et les VMCV n’étaient pas en mesure de verser ce montant.
Notre responsable politique, Francis Baud relevait alors que ce « trou » de trois millions était finalement qu’une vue de l’esprit, « coagulée » sur la clôture officielle des comptes au 31 décembre 2008. Etant entendu que ce fameux trou n’était pas le résultat de dépenses effectives supérieures à des recettes effectives au sein de la Caisse de Pension (ce résultat étant positif), mais d’écritures dites « calculatoires » tenant compte de la perte de valeur du « portefeuille titre » au bilan de la Caisse de Pension VMCV.
Puisque les lois et règlements de l’Etat de Vaud, datant en matière de comptabilité de 1979  (!?!), interdisent de prendre des décisions sur la base de clôtures intermédiaires actualisées, notre Conseil communal était condamné à prendre des décisions sur la base d’éléments qui avaient  plus de huit mois d’âge.
Alors que nombreux spécialistes financiers, gestionnaires de portefeuilles dans les Caisses de Pension, déclaraient quasi unanimement qu’après ces huit mois, le trou de la Caisse de Pension VMCV n’était en réalité au 30 juin 2009 plus que de 1,5 millions, donc plus que de la moitié.
Vevey Libre s’est alors posé la question : Qu’en sera-t-il en fin d’année ? Sera-t-il encore nécessaire de procéder à un refinancement ?

Notre syndic déclarait sur le site vevey.ch que pour sa reprise, le 3 septembre 2009, le Conseil communal de Vevey « ….s’est payé quelques dérapages réglementaires qui n’ont finalement pas eu de conséquences fâcheuses, mais qui ont rendu le débat difficile à suivre. »
Et c’est en plus encore Pascal Nicollier qui déclarait après le vote final sur ce fameux préavis VMCV, qu’il faisait partie de ceux qui n’avaient pas vraiment compris ce qu’ils votaient, tellement ce vote final était confus. Alors : sans conséquences fâcheuses ? Vevey Libre se pose la question. D’autant plus qu’auparavant, un vote intermédiaire sur ce sujet a abouti à une décision prise à une voix, celle du Président du Conseil communal qui tranche en cas d’égalité des voix, ce dernier ne donnant pourtant pas vraiment l’impression, dans le stress du moment, de savoir ce qu’il votait (problème du vote négatif à une proposition négative : moins fois moins = plus, oups !). 

Pas de chance pour nous qui, sans préméditation, nous retrouvions, cette fois-ci, sans le savoir auparavant, en accord avec les partis de la droite.

Il n’en reste pas moins que le Conseil communal a finalement voté le refinancement avec en plus la demande d’une enquête juridique qui va nous coûter une fortune pour certainement n’aboutir à rien de concret. Si ce n’est d’affirmer que c’est la faute aux « subprimes ».
Et tout cela contre l’avis majoritaire de Vevey Libre. Mais une fois n’est pas coutume.  

2° : Enquête de satisfaction sur Montreux-Vevey Tourisme :
Notre ami Pascal Nicollier qui avait demandé par un postulat, déposé au printemps de cette année, une étude de satisfaction auprès des acteurs touristiques veveysans à propos de l’action de Montreux-Vevey-Tourisme, a donné lieu à un rapport de la Municipalité qui a suscité une seule réaction, celle, justement, de M. Nicollier. Il a relevé que la Municipalité avait exécuté le travail demandé, mais que le résultat n’était pas une satisfaction claire des commerçants et hôteliers veveysans. Les réponses se partagent en effet en trois groupes égaux entre : satisfaits, moyennement satisfaits et insatisfaits.
Ce qui a donné lieu à un appel de Pascal Nicollier, appuyé unanimement par Vevey Libre : la Municipalité est invitée à améliorer l’information et la collaboration entre MVT et les Veveysans actifs dans le tourisme.
Le Conseil communal a accepté largement ce rapport de la Municipalité.
La moindre des choses que l’on puisse dire chez Vevey Libre : affaire à suivre ! Notre groupe va continuer à vérifier de très près les avantages que Vevey, avec ses hôteliers, restaurateurs, chambres d’hôtes et tout autre acteur touristique  tirent de l’activité de Montreux-Vevey Tourisme (MVT) à laquelle notre ville participe par un apport financier important.

°3 Intervention UDC concernant le dépôt du préavis sur les crédits supplémentaires :
Vevey Libre a réagi avec une réaction de refus très spontanée et unanime à une injonction de notre « chère » UDC (par l’intermédiaire de M. Jean-Daniel Thentorrey) qui voulait débattre instantanément sur un poste de la rubrique « Crédits supplémentaires », portant sur l’aide de la Ville au comité combattant l’initiative « d’Artagnan » (Police unifiée). L’UDC oubliait que la Municipalité a la compétence de décider toute dépenses jusqu’à CHF 50’000.— sans demander préalablement l’avis du Conseil communal, mais qu’elle doit en rapporter par un préavis dit des « Crédits supplémentaires », régit par des règles très précises. Et comme il s’agit justement, en l’occurrence, d’un préavis, il est d’abord annoncé au Conseil communal, qui nomme une commission qui rapporte pour la prochaine séance du Conseil (qui aura lieu, pas de chance) après la votation cantonale sur l’Initiative « d’Artagnan ».
Le Conseil communal a rejeté cette idée d’un débat, tel que proposé, d’autant que les CHF 10’000 étaient déjà engagés. Merci pour Vevey Libre qui, du coup, se sent beaucoup mieux.
D’autant, ne le cachons pas, que nous Vevey Libre sommes très majoritairement pour la Police coordonnée. ! Mais cela n’a aucun rapport avec ce qui précède, promis juré !

F6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *