D’une même voix, mais pas du même instrument

Au début du mois d’août, le syndic Laurent Ballif a fait part de ses états d’âmes dans “24 heures” à propos de la musique classique. Sa déclaration: “quarante violons qui jouent la même chose, je ne vois pas l’intérêt” a fait du bruit dans le landerneau politique local. Une mauvaise langue s’est étonnée: pourtant 40 conseillers communaux de gauche qui votent à l’unisson, là il y voit un grand intérêt…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *