Le vol de vélos, commerce organisé et délit impuni

Le vol de vélos est très répandu en Suisse. Les estimations font état de plusieurs de dizaines de milliers de vélos volés par an. C’est devenu une véritable commerce organisé. Lors de la dernière séance du Conseil communal, l’élu Vevey Libre Stéphane Molliat interroge la Municipalité sur les mesures qu’elle entend prendre pour lutter contre ce fléau.

Rare sont ceux qui finissent par retrouver leurs vélos volés et le taux de restitution des vélos retrouvés est également faible. Le vol de vélos compte ainsi parmi les délits les plus fréquents et les plus rarement sanctionnés.  Le nombre de cas élucidés ne dépasse par les 2% en Suisse  alors qu’en Allemagne,  grâce à l’arrestation de bandes organisées de manière professionnelle, ils peuvent aller jusqu’à 30%.

Voici le texte de l’intervention de Stéphane Molliat

En Suisse, il se vole 40’000 vélos par année. La police en retrouve moins de 1%. En résumé, on vous vole un vélo, et vous avez une maigre chance de récupérer un quart de la selle.

C’est la norme en Suisse, c’est également la norme pour Police Riviera.

Il y a l’aspect détestable du vol qui pose la question d’un remplacement du vélo, lequel risque une nouvelle fois de disparaître.

Il y a l’exemple formidable donné aux enfants à qui il faudra clairement annoncer qu’il n’y a aucune chance de retrouver le vélo disparu et que le dépôt de la plainte ne servira qu’à obtenir un papier  pour demander un remboursement à l’assurance.

D’ailleurs les coûts engendrés pour les assurances sont de l’ordre de 60 millions par année pour la Suisse que pour ce sujet.

Mais le côté le plus grave est la répétition. Les professionnels de la prévention sont unanimes : L’impunité généralisée du vol de vélos donne aux jeunes (et aux moins jeunes) un sentiment de normalité.

Sentiment de normalité pour poussera naturellement à aller plus loin.

Mais malgré ces évidences, il y a un consensus dans les polices à banaliser, à mépriser, voir à ignorer ce genre de vol.

Les raisons en sont certainement diverses et il n’est point le propos ici de jeter la pierre. Mais une redéfinition de certaines priorités devient de plus en plus urgente. Et comment promouvoir des déplacements sans voiture et tolérer les violations incessantes d’un des fondements de la mobilité douce ??

A quoi sert d’investir dans des parcs à vélos quand plus personne n’ose laisser un vélo 2 jours à proximité de la gare et qu’un cadenas est coupé en moins de 3 minutes ?

Police Riviera et Municipalité, pour une gestion de l’avenir de Vevey répondant aux critères de la mobilité douce, ne banalisez pas ce fléau!

Les questions à la municipalité sont les suivantes :

–       Comment la municipalité considère-t-elle cette problématique ?

–       Si la réponse est « qu’elle en est consciente, qu’elle y pense souvent et qu’elle en dort mal» que compte-t-elle faire pour y remédier

Stéphane Molliat (Pour Vevey-Libre)

 

Une réflexion sur « Le vol de vélos, commerce organisé et délit impuni »

  1. TELLEMENT VRAI!

    A cause de cela, à défaut de savoir où mettre nos deux roues, je me retrouve à présent avec 7 vélos dans les wc d’un logement que je ne veux pas, en plus! J’en passe et des meilleurs, on aura tout vu! Je ne comprends pas que l’on puisse louer des 4 pièces à Fr. 2’550.– par mois avec une cave inutilisable, dont le plafond s’effondre, dans un immeuble où il n’y pas de balcon et pas de local à vélos, ni à poussettes! On croit rêver!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *