Trois Quarts-Cadratin: un demi-million qui s’en va et qui revient?

La truffe constate que l’incertitude plane sur le projet “Théâtre des Trois Quarts – Atelier du Cadratin” à la Chaussée de la Ginguette à Vevey. Le bon promoteur Pascal Lorenzetti avait promis de verser 500’000 francs de fonds propres pour ce projet. Sans aucune condition liée à la vente du bâtiment de Vergers 10 avait dit et répété la Municipalité. Pourtant, M. Lorenzetti est assez vite revenu sur ses bonnes intentions. Pour convaincre le Conseil communal de lui vendre ce bien-fonds, il s’est dit d’accord de monter son offre de 3,5 à 4 millions tout en retirant son soutien au projet “Trois Quarts-Cadratin”.  Pas de chance pour lui, le Conseil communal n’a pas marché dans ce mic-mac: la vente a été refusée.  On en conclut donc qu’il peut à nouveau participer au projet de réhabilitation des anciennes Halles qui abritaient la ferblanterie Nestlé…. Mais curieusement, on entend plus parler de ce projet… Ce ne sont pas toutefois pas les moyens qui doivent manquer à la famille Lorenzetti qui – avec Jack Lorenzetti à sa tête – selon la revue Challenges, était en 2012 au 169e rang des plus grandes fortunes de France.

Une réflexion sur « Trois Quarts-Cadratin: un demi-million qui s’en va et qui revient? »

  1. Un phrase n’est pas claire: «Mais curieusement, on entend plus parler de ce projet…»
    On n’entend plus parler du projet du Cadratin et des Trois-quarts ?
    Ou bien en n’entend plus parler de financement partiel par M. Lorenzetti ?

    Le fait que Lorenzetti n’allait rien donner était assez prévisible: déjà qu’il prévoyait de ne rien donner si on lui réclamait 500’000.– de plus, à plus forte raison si on le privait de la belle affaire de Verger 10.

    Mais je ne vois pas comment le projet dans son ensemble pourrait être abandonné, au stade où il en est d’avancement, et aussi du fait que le rôle de tampon entre Lorenzetti et Nestlé est toujours nécessaire.

    Ce qui est plus inquiétant, c’est que la Municipalité, sans aucune cohérence avec son souci pour les finances communales, a l’air de continuer à voir d’un mauvais oeil la vente à la Fondation de Nant.
    Quel est alors leur plan C ? que trament-ils ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *