Victoire pour Vevey Libre: vente du bâtiment Vergers 10 refusée

Le Conseil communal de Vevey a refusé jeudi soir par 45 non contre 37 oui, la vente du bâtiment de Vergers 10 en deuxième débat. Vevey Libre, ainsi que le PDC s’étaient opposés à ce projet depuis depuis qu’ils en ont eu connaissance pour de multiples raisons. Mais en particulier pour des motifs financiers et de défense du tissu artisanal et associatif contre le développement d’une cité-dortoir. Voici l’argumentation développée par le président du groupe Vevey Libre Jérôme Christen.

Vevey Libre refusera à l’unanimité la vente du bâtiment Verger 10. Je ne reviendrai pas sur tous les arguments qui ont déjà été développés, mais que je me limiterai à en rappeler l’essentiel et à commenter le dernier rebondissement de cette affaire, soit l’offre de la Fondation de Nant pour un montant de 4 millions.

Cette affaire a été mal emmanchée dès le départ puisqu’il n’y a eu aucun appel d’offres pour la vente de cette propriété comme cela devrait être le cas en principe pour toute aliénation d’un bien communal. Du moins, rien ne justifie l’absence d’appel d’offres dans un pareil cas.

Le serment que nous prêtons d’ailleurs dit bien que « nous devons veiller à la conservation des biens communaux ». Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas les vendre dans certains cas, mais cela signifie que nous devons dans ce cas essayer d’agir au plus près de l’intérêt public et de la vendre au meilleur prix. Or il n’y a pas d’autre solution que l’appel d’offre pour atteindre cet objectif.

De manière générale, les collectivités publiques, c’est connu, sont souvent trop « gentilles » dans leurs négociations. Les promoteurs immobiliers d’ailleurs en rient.

L’absence d’appel d’offres ne peut se justifier que lorsque le partenaire développe un projet qui présente un intérêt public évident et que les règles sur les obligations de chacun sont bien définies. Or tel n’est pas le cas. L’intérêt public du projet développé par la société Pierre Etoile est pour le moins minime dès lors que ces appartements seront loués, certains vendus, aux prix du marché laissant une confortable marge bénéficiaire à leur promoteur. Une faveur est possible dans le cas d’une coopérative mais pas dans le cas d’un privé à qui elle va permettre de faire encore grossir son bénéfice.

Or dès lors qu’il n’y a pas eu d’appel d’offres et que le prix de vente convenu a été fixé à 3,5 millions, il y a bien eu une faveur de la part de la Municipalité qui a cru bien faire dans le but de se simplifier le développement du projet et d’assurer une meilleure cohérence à se quartier. Un argument toutefois contestable dès lors que ce quartier est déjà hétéroclite et que c’est ce qui fait aussi son charme. Quant à l’esthétique de la façade du bâtiment, elle pourrait être à terme, améliorée.

Autre preuve qu’il y a eu faveur, le prix qu’en offre la Fondation de Nant, 4 millions, qui se dit prête à entreprendre une rénovation et non une démolition sur la base de l’expertise d’un architecte. Je précise pour les rangs de la droite que la Fondation de Nant est une institution crédible qui a les reins solides, et qui est présidée par l’ancien syndic libéral de Saint-Légier, Jean de Gautard.

Cette affaire de Vergers 10 est partie sur une mauvaise base dès le début, certainement dans une bonne intention, mais on sait bien que l’enfer est pavé de bonnes intentions.  Il faut maintenant revenir à la raison si la Municipalité ne veut pas le faire, il nous appartient, il vous appartient de stopper le train fou pour le remettre sur rails.

Le fait que l’offre de Pierre Etoile soit montée à 4 millions n’y change rien, car ce su-sucre est un leurre. Il est confirmé dès lors que ce promoteur met 500’000 francs de plus, il renonce à les engager dans le projet de réhabilitation des Halles.

Financièrement, c’est une opération perdante à tout point de vue pour la ville.

Vevey a mieux à faire avec ce bâtiment que ce soit du logement rentable mais à prix abordable, des locaux pour des PME ou la vente à une institution reconnue d’intérêt public.

Nous vous encourageons à dire non à cette erreur d’aiguillage.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *