16 avril 2024

Permanence médicale: les habitants de la Riviera se sont fait blouser!

L’offre en soins publics de proximité ne cesse de se dégrader malgré les promesses faites par le gouvernement vaudois avant la construction de l’Hôpital de Rennaz. La permanence médicale de la Providence fermée en mai 2022 aurait du rouvrir le 22 juin, selon la réponse de la Conseillère d’Etat Rebecca Ruiz à une interpellation de l’ancien député libre Jérôme Christen. Bientôt un an après la fermeture, on ne voit toujours rien venir… Quant à l’antenne gériatrique prévue, elle se réduit comme une peau de chagrin. Lors de la dernière séance du Conseil communal de Vevey, Sarah Dohr n’a pas caché son désarroi.

Lorsque les Libres Riviera avaient tiré la sonnette d’alarme en 2017 d’aucuns avaient pourtant dit qu’ils peignaient le diable sur la muraille à des fins électorales. Aujourd’hui, la situation est pire que la plus pessimiste de nos prévisions.
Pour revenir au cas de la Providence, au député Jérôme Christen, il avait été expliqué que la fermeture « provisoire » (qui dure!) était due à une insuffisance de médecins à la fois compétents et disponibles. Il a suffit d’un départ et d’une absence pour cause de grossesse pour enrayer le fonctionnement de cette permanence. https://leslibres.ch/lhopital-riviera-chablais-invente-la-permanence-medicale-irreguliere/

LE SECTEUR PRIVÉ SE FROTTE LES MAINS


L’an dernier, le directeur de l’Hôpital Riviera-Chablais Christian Moeckli avait assuré toutefois vouloir maintenir ce service de proximité. En attendant, c’est la secteur privé qui se frotte les mains, soit la permanence médicale de la Gare de Vevey, toutefois avec des horaires restreints. Un établissement autonome de droit public en difficulté financière qui envoie ses patients vers le secteur privé, c’est pour le moins préoccupant.

L'ancien député Jérôme Christen n'est beaucoup engagé en faveur de cette permanence médicale. Aux actuels députés de la Riviera de prendre le relais.
L’ancien député Jérôme Christen s’est beaucoup engagé en faveur de cette permanence médicale. Aux actuels députés de la Riviera de prendre le relais.

Dans sa récente réponse à une interpellation du conseiller communal PS Pierre Butty, la Municipalité de Vevey précise la nature de la pénurie de médecins: il s’agit de médecins urgentistes disposant de compétences dans chacun des domaines suivants : chirurgie, orthopédie, médecine, pédiatrie. Ce profil existe peu sur le marché suisse. Tous les établissements de santé en suisse romande font face à cette problématique. La Municipalité ajoute qu’une analyse est en cours sur la mission des permanences, l’évolution de leur fonctionnement, les modalités de leur rattachement à l’hôpital et leur place dans le réseau de soins ambulatoires. Qu’en sortira-t-il? Faut-il s’attendre au pire?

DOMMAGES SUR L’IMAGE ET LA CONFIANCE


Lorsque cette pénurie de médecins s’est déclarée, l‘HRC avait le choix de concentrer les activités de ses permanences à Vevey ou à Monthey. Le choix s’est porté sur Monthey dans la mesure où aucune alternative de prise en charge n’existe à Monthey alors que la Riviera dispose de centre médicaux privés. Récemment, l’hebdomadaire Riviera-Chablais commentait: « les dommages des ouvertures aléatoires sur l’image et la confiance en ces services risquent d’être durables (…) Ces permanences répondent à un besoin et leur création est une exigence liée à l’ouverture du site de Rennaz. » https://leslibres.ch/permanence-medicale-de-la-providence-la-fermeture-se-prolonge/

MISSION DE SERVICE PUBLIC EN SOUFFRANCE

Les Libres partagent évidemment ce point de vue. Nous l’écrivions déjà en juillet: « Les engagements pris par le Conseil d’Etat quant à cette permanence ne sont ainsi pas tenus. L’Hôpital Riviera-Chablais invente la permanence médicale irrégulière et c’est dommageable à la fois pour les patients et pour l’Hôpital Riviera-Chablais dont la mission de service public souffre, sans parler du transfert d’activités du parapublic vers le privé. »

La conseillère communale Vevey Libre Sarah Dohr n’a pas caché son désarroi face à cette situation
La conseillère communale Vevey Libre Sarah Dohr n’a pas caché son désarroi face à cette situation

DES SOINS DIGNES POUR TOUTES ET TOUS

La conseillère communale Vevey Libre Sarah Dohr n’a pas caché son désarroi face à cette situation: «Vous nous dites que le maintien d’une permanence médicale à Vevey, à 17km de Rennaz, s’oppose à une logique de maîtrise de coût ? Et le coût d’une vie humaine, c’est combien ? Lorsqu’on sait ce qu’on paie pour l’assurance-maladie de base, cela laisse perplexe.» La présidente du groupe Vevey Libre ajoute: « Un de mes amis de 93 ans qui a mal aux pieds et différentes pathologies vous en remercie, le père avec son fils de 4 ans qui a deux doigts cassés et doit attendre 5 heures aux urgences à Rennaz, vous en remercie aussi comme tant d’autres patients malmenés. Le pays le plus riche du monde ne peut même pas assurer des soins dignes à toutes et tous?  Vous, la Municipalité, vous avez le devoir de défendre nos intérêts face au canton et c’est cette antenne promise ici, à Vevey, au Samaritain.»

Quel avenir pour la permanence du Samaritain?


A terme, la future permanence médicale du Samaritain doit prendre le relais de la Providence. Mais le chantier est à l’arrêt depuis plusieurs mois, ce qui n’est guère rassurant. En février 2021, à l’initiative du député Jérôme Christen, les députés de la Riviera s’étaient insurgés contre le fait qu’après le centre de dialyse parti à Rennaz, ce sont les 75 lits de gériatrie aigüe promis initialement qui disparaîtrait de la Riviera si l’Hôpital Riviera-Chablais maintenait sa décision prise en catimini. Une deuxième des trois promesses faites par le gouvernement – lors du choix d’installer l’hôpital unique de soins aigus à Rennaz – ne serait ainsi pas tenue. Un choix inacceptable dans la mesure où c’est un savoir-faire construit depuis trente ans sur la Riviera qui partirait en fumée.https://leslibres.ch/politique-sanitaire-lantenne-geriatrique-de-la-riviera-ne-doit-pas-partir-en-valais/

La pression avait porté ses fruits puisque trois mois plus tard, la conseillère d’Etat Rebecca Ruiz annonçait que finalement la direction de l’Hôpital Riviera-Chablais et le gouvernement avait décidé de maintenir 47 lits de gériatrie aigue et de réadaptation sur la Riviera et qu’ils seraient opérationnels dès 2023 au plus tard sur le site du Samaritain.https://leslibres.ch/lantenne-geriatrique-de-la-riviera-sera-finalement-maintenue-au-samaritain/
Or, que découvre-t-on à l’interpellation Pierre Butty? On parle désormais de 10 à 12 lits de gériatrie aigüe qui seront installés au Samaritain en 2027 si tu tout va bien… La Riviera est ainsi la grande perdante de la réorganisation hospitalière. Les rares compensations promises risquent de n’être tenues que pour une petite partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *