21 mai 2022
vevey, aménagement, collaboration, territoire, aménagement, riviera,

Vevey refuse de bouter le feu une nouvelle fois à la collaboration intercommunale

🤝Pour redynamiser une organisation, faut-il lui couper les vivres et en démissionner ou agir de l’intérieur ? Le Conseil communal de Vevey, a choisi la deuxième solution et a renoncé jeudi 2 décembre – par 38 voix contre 27 – à bouter une nouvelle fois le feu à la collaboration intercommunale. Vevey ne renoncera donc pas à sa participation de 30’000 francs au projet d’agglomération Rivelac. La fronde est venue du vert Antoine Stuby et du décroissant-alternatif Pierre Chiffelle. Ce dernier était plutôt isolé dans son camp mais soutenu par le PLR et l’UDC. Un paradoxe lorsqu’on sait que cette institution était pilotée quasi-exclusivement par des élus PLR et UDC. La gauche et le centre ont choisi la voix de la raison défendue par le municipal Antoine Dormond et avec vigueur par le conseiller communal Vevey Libre, Jérôme Christen.
Jérôme Christen, conselller communal, député, Vevey, Les Libres
Jérôme Christen a mis en garde le Conseil communal: résilier la convention avec Rivelac revient à se tirer une balle dans le pied.

🚎Lors du débat, Jérôme Christen a rappelé ses fonctions passées au sein du pilotage du projet Agglo et a expliqué que la ville avait beaucoup à perdre en dénonçant sa convention avec Rivelac. L’organisation n’y aurait probablement pas survécu alors que l’enjeu est considérable : favoriser la mobilité douce, nécessité de densifier près des axes de transport ou encore sauvegarder les paysages agricoles et viticoles.

Ses arguments

🛤NE PAS SE TIRER UNE BALLE DANS LE PIED – Vevey Libre refusera cet amendement, histoire de ne pas se tirer une balle dans le pied. Les villes ont en effet tout à gagner d’un projet agglo qui permet de bénéficier de soutiens financiers de la Confédération. Si vous décidez de couper ce montant, les détracteurs de la solidarité intercommunale, après l’épisode du réseau Rêve, vont sauter sur l’occasion. Ils ne seront pas les seuls, puisque d’autres en profiteront, soit ceux qui auraient souhaité confier cette tâche à la Promove pour donner au projet agglo une orientation plus économique que durable.

🚇NE PAS RATER LE TRAIN UNE NOUVELLE FOIS – Nous avons déjà manqué plusieurs trains de ces projets agglo qui ont permis déjà à d’autres régions de profiter d’une manne qui s’élève à ce jour à quelque 600 millions de francs. Une convention a été signée entre deux cantons, Vaud et Fribourg et 19 communes de la Riviera, de la Veveyse fribourgeoise et du Haut-Lac pour un projet agglo de 5ème génération.

💰ASSUMER LES CONSÉQUENCES DE LA PROGRESSION DÉMOGRAPHIQUE – C’est déjà un bon point de départ du point de vue de la forme institutionnelle choisie soit l’association de communes. L’ambition est de définir les objectifs d’un Projet d’agglo à 80 millions dont 30% à charge de la Confédération et 10 à charge du canton, 24% l’agglo et 36% les communes. Cette manne serait la bienvenue dans notre région pour faire face à des infrastructures inadaptées. On ne peut pas d’un coté ne pas refuser d’agir pour limiter la progression démographique et de l’autre de ne pas assumer ses conséquences en termes d’infrastructures.

🏘AGIR DE L’INTÉRIEUR – Rivelac doit également aboutir à un volet légal obligatoire : l’établissement d’un plan directeur intercommunal, une vision globale que chacun appelle de ses vœux. Si vous mettez un terme à la démarche en cours, c’est le processus global qui part à l’eau et qui faudra reprendre de zéro. Tout le monde à y perdre. A gauche comme à droite de cet hémicycle. C’est de l’intérieur qu’il convient d’agir.

NE PAS JETER LE BÉBÉ AVEC L’EAU DU BAIN. Si vous estimez que celles et ceux qui ont travaillé à ce projet jusqu’ici ont fait un mauvais travail dès lors que la forme choisie n’est pas la bonne, soit, mais il faut faire confiance à notre Municipalité, plus particulièrement à notre municipal Antoine Dormond pour la travailler de l’intérieur et l’adapter. Jeter le bébé avec l’eau du bain ne conduira qu’à rater une nouvelle fois le train financier, retarder l’établissement du plan directeur avec toutes les funestes conséquences que cela aurait en termes de retard de réalisations d’infrastructures adaptées aux besoins des habitants.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *