Encourageons les collaborateurs de la ville à vivre à Vevey!

La ville de Vevey est un gros employeur dont une grande partie ne paie pas ses impôts à Vevey. Légalement, on ne peut plus exiger d’un collaborateur-trice qu’il réside dans dans la commune où il travaille. Il existe toutefois de moyens incitatifs, comme des primes largement compensées par les gains fiscaux, comme cela est pratiqué dans certaines communes dont Lausanne. Vevey Libre demande à la Municipalité, dans un postulat développé par Nicolas Bonjour,  d’agir en ce sens. La proposition a été transmise jeudi soir à la Municipalité avec le soutien d’une très large majorité du Conseil communal.

Le texte de Nicolas Bonjour. Notre commune emploie 417 personnes fixes, sachant que les comptes 2019, présente une masse salariale de CHF 33’372’143.25 et dans l’hypothèse que tous habiteraient Vevey, cela représente environ et par extrapolation un impôt sur le revenu de 1.2 Mio, qui pourrait directement revenir à la Ville. De plus, nous ne parlons pas des autres impôts (fortune, foncier, etc.).

Le constat le plus éclairant est celui concernant les chefs de service. Ces derniers représentent les plus gros revenus de la grille salariale de la Commune de Vevey. Cependant, une minorité (environ 10%) de cette catégorie de collaborateurs ont leur domicile sur le territoire communal. Cela constitue, à notre avis, un parfait exemple de non-retour sur investissement au détriment de la commune.

L’obligation de vivre dans la commune où l’on travaille, pour un-e employé-e communal-e, est bien abolie, mais rien n’empêche d’encourager les employés-e-s communaux-alles à vivre à Vevey, comme le fait par exemple Lausanne. Cette incitation ne doit, en aucun cas, être comprise comme une discrimination à l’embauche. Loin de nous cette idée. C’est plutôt inciter des gens engagés, professionnellement, pour la Ville à profiter de leur labeur directement dans leur quotidien privé.

Le stress, les coûts financiers et écologiques, créés par un déplacement quotidien de centaines d’employé-e-s n’est pas négligeable, particulièrement dans une optique de proximité de plus en plus marquée dans notre société. Vous en conviendrez que le travail ne peut devenir que plus attrayant, si l’on en récole directement les fruits, comme le cas des employé-e-s de la Ville qui sont également citoyen-ne-s de Vevey.

Comment inciter un-e employé-e à choisir plutôt Vevey que La Tour-de-Peilz ou Blonay, etc. ? Et comment conserver cet attrait pour ceux habitant déjà sur le territoire communal ?

Voici deux voies qui pourraient être étudiées, dans une liste non exhaustive de possibilités :

  • Mener une étude sur l’attrait de la Ville et des possibilités de logement, pour les collaborateurs-trices de notre Ville
  • De prendre des mesures incitatives pour tous les employé-e-s souhaitent vivre ou vivant déjà sur le territoire, comme une prime annuelle, qui serait largement compensée par le gain fiscal, ou par l’attribution de certaines catégories de logements du parc immobilier de la Ville, et ce, également dans une politique active de promouvoir et favoriser la mixité sociale.

Fort de ce constat nous, groupe Vevey Libre, demandons à la Municipalité d’étudier les possibilités d’encourager tous ses employés et employées à élire domicile ou rester sur le territoire la commune de Vevey.

Vevey, le 18 juin 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *