Terrains de la Veyre: la Municipalité affirme avoir le dossier bien en main

La Municipalité de Vevey affirme suivre de très près l’évolution du dossier de la Veyre – où la commune possède 63’000 m2 de terrain – dans sa réponse à l’interpellation de Jérôme Christen intitulée “Tennis de La Veyre: prendre la balle au bond pour éviter un revers”. Un plan partiel d’affectation pourrait être prêt cette année encore, déposé par la commune de Saint-Légier.

Vevey possède à La Veyre 63’000 m2 dont 23’000 m2 affectés au tennis. Le solde constitue des “bijoux de famille” que Vevey doit à terme valoriser. La Municipalité nous rassure: le déménagement des tennis de Nestlé de La Tour-de-Peilz à Vevey n’aura un empiètement que sur le solde de la parcelle actuellement dévolue au tennis, sur une surface de 1000 m2.

Le projet d’extension des tennis n’a donc pas de lien direct avec la valorisation des parcelles situées au sud des tennis. Et la Municipalité assure qu’elle a bien les choses en main, dans une réponse détaillée.

Le titre de cette interpellation était certes assez provocateur, mais il avait pour but d’attirer l’attention sur le fait qu’au delà de sa dette, la ville de Vevey possède des actifs non négligeables dont certains sont à termes réalisables, soit des terrains qu’il convient à terme de mettre en valeur.

Nous voilà donc partiellement rassurés. Le projet dont il est question ne s’étendra pas de l’autre coté du ch. de la Veyre d’En Haut, mais sur la parcelle qu’il occupe déjà actuellement.

Il n’en demeure pas moins que ce terrain appartient à la ville de Vevey qui se montre ainsi très généreuse envers les habitants de la Riviera qui profitent d’infrastructures installées sur ses terrains.

La Municipalité ne précise d’ailleurs pas dans sa réponse à quelles conditions elle met le terrain communal à disposition d’un club d’intérêt régional et à quelles conditions elle étendra son droit de superficie.

La question de fond est la suivante : le désengagement de Nestlé à La Tour-de-Peilz doit-il être assumé exclusivement par la ville de Vevey, même si cela ne porte que sur le terrain et non pas sur les constructions ?

Dernier point, à la lecture de la réponse, on ne manquera pas de sourire à l’approche de l’Etat de Vaud qui autorise – en dérogation – la réalisation d’importantes infrastructures sportives s’étendant sur environ 20’000 m2 actuellement exigeant un nouveau plan partiel d’affectation pour 1000 m2 supplémentaires. Mais une tête étant tombée avec le départ du chef du Service du développement du territoire, Philippe Gmür, les relations Etat-communes en matière d’aménagement du territoire vont peut être se décrisper.

Réponse complète de la Muncipalité au point 19.

http://www.vevey.ch/ConseilCommunal/seances/?ID=42 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *