Finances veveysannes : à quelle distance du pied du mur ?

L’endettement veveysan ne cesse de s’accroître. Il ne reste à ce jour plus que CHF 8,6 mio. à décider en termes de nouveaux investissements jusqu’à la fin de la présente législature, si nous voulons respecter l’actuel plafond d’endettement de 200 mio. voté en 2011. Ce qui paraît peu réaliste aux yeux du conseiller communal Francis Baud. Il va donc falloir solliciter avant le 30.06.2016 une augmentation de plafond d’endettement en cours de législature, afin de pouvoir assurer le financement de notre programme d’investissement à moyen terme et cela ne sera possible qu’avec l’aval du Conseil d’Etat Vaudois. M. Baud pose les questions suivantes au nom de Vevey Libre.

La Municipalité :

– Va-t-elle demander déjà maintenant les quelques CHF 60’000’000 dont-elle aura besoin pour  aller jusqu’au bout, ne serait-ce que de la construction du collège ?

– Ou va-t-elle laisser la nouvelle Municipalité en place dès le 01.07.2016 pour se débrouiller ?

– A-t-elle demandé au Conseil d’Etat qui, je le rappelle, décide en dernier ressort, une sorte de préavis pour savoir s’il est d’accord d’entrer en matière ? J’imagine qu’une fois sollicité, il prendra certainement position rapidement.

– Et si le Conseil d’Etat est d’accord d’entrer en matière, quelles seraient alors les conditions cadres imposées à la Ville de Vevey en termes de marge d’autofinancement et/ou de désendettement?

– Le Conseil d’Etat nous laissera-t-il  nous « envoler » d’une manière illimitée ou limitée ?

– Compte tenu des conditions éventuelles exigées par le Conseil d’Etat, notre marge d’autofinancement prévue dans le nouveau budget 2014 et les suivants seront-ils suffisants ?

– Et sinon, la Municipalité songe-t-elle à une augmentation des impôts ?

– La Municipalité a-t-elle un plan B pour le cas où le Conseil Communal et/ou le Conseil d’Etat ne veuillent pas d’une élévation du plafond de l’endettement, ni d’impôts ?

– Et a-t-elle alors prévu un nouveau plan des investissements ?

Il apparaît, compte tenu des circonstances, que le Conseil Communal soit en droit d’avoir des informations à ce sujet, afin de pouvoir participer à la planification des finances de la Ville, dans le cadre de ses compétence, en toute connaissance de cause.

Permettez-moi, chers collègues, de demander à la Municipalité une réponse écrite d’ici à la prochaine séance du mois de mai 2014.

Francis Baud

Tags: , , ,

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire