28 novembre 2020

« Des outils pour réduire la production de déchets »

L’introduction de la taxe au sac au 1er janvier 2014 semble avoir été particulièrement mal anticipée. Alors que les problèmes de capacité des conteneurs permettant le tri existaient déjà avant, ils n’ont pas été adaptés en volume ou en nombre à tel point que les éco-points ont très vite débordé de toutes part et que la voirie a dû déployer des efforts gigantesques pour contrôler au plus vite une situation qui a donné quelques jours à la ville des allures de Naples. Le conseiller communal Jérôme Christen a développé jeudi soir en séance du Conseil communal une interpellation qui vise à faciliter la tâche des Veveysans pour le tri des déchets.

Comme si l’on ne s’attendait pas à ce que les Veveysans fassent de gros efforts de tri. Alors que nombre de communes ont déjà été confrontés à ce problème, on a le sentiment que la ville de Vevey pas réussi à en tirer des enseignements.

Par ailleurs, de plus en plus de bruits courent au sujet du sort réservé aux matières triés qui seraient finalement re-mélangées, et sur les réels effets positifs de ce nouveau système, ce qui a un effet désastreux auprès de l’opinion publique en relation avec les efforts exigés.

Il est par ailleurs regrettable que la campagne Castor Malin n’ait pas prévu la suggestion de gestes, simples à adopter, permettant de faire des économies, de gagner du temps et de la place. Par exemple : achats à la coupe, recyclage de cabas, utilisation d’éco-recharges, lutte contre le gaspillage alimentaire, réparations,  comme on peut le lire sur le site internet

http://www.reduisonsnosdechets.fr/.

Dans ce contexte, je pose les questions suivantes :

1)    Est-il prévu qu’à l’avenir – avec la mise en place de la taxe au sac et donc implicitement un meilleur tri de nos déchets – nous fournissions un volume total inférieur à la SATOM ? Avant le 1.1.2014, combien de tonnes étaient envoyées mensuellement à la SATOM par la commune. Après le 1.1.2014, combien de tonnes seront envoyées mensuellement à la SATOM par la commune ?

2)    Quels sont d’ores et déjà aujourd’hui les effets positifs du tri renforcé grâce à la taxe au sac ? La Municipalité a-t-elle prévu un bilan à la fin de l’année ?

3)    Que devient le papier trié après sa collecte, est-il intégralement recyclé?

4)    Que deviennent les déchets organiques après leur collecte, sont-ils intégralement recyclés?

5)    Que deviennent les plastiques que nous rapportons au parking Saint-Antoine?

6)    Pourquoi des citoyens veveysans sont-ils informés du fait que les flaconnages doivent être mis dans les sacs surtaxés alors que la Municipalité nous avait assuré qu’il seraient récupérés par la commune sur les deux sites de la voirie : aux Entrepôts et à Major Davel, ce que qui est d’ailleurs mentionné dans la campagne Castor Malin ?

7)    Etant donné la sous-capacité de nos mini-déchetteries de quartier, certains sites ont été totalement débordés. Pourquoi la Municipalité n’a-t-elle pas anticipé la chose, augmenté le volume ou le nombre des conteneurs dès lors que ce phénomène de débordements existait avant même la taxe au sac ? Quelles mesures entend-elle prendre à l’avenir pour y remédier ?

8)    Pour quelle raison, dans le cadre de la campagne Castor Malin, n’a-t-il pas été prévu la suggestion de gestes, simples à adopter, permettant de faire des économies, de gagner du temps et de la place en collaboration l’Office du développement durable ?

9)    Les services communaux sont-ils exemptés de l’usage de sacs ? Si oui, pour quelles raisons, sinon comment se fait-il que le conteneur de la garderie des Cèdres est-il plein de sacs noirs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *