Des hôteliers Montreux-Riviera très veveysans…

Christopher Rudolph, directeur de l’Hôtel du Lac à Vevey a récemment écrit à la Municipalité en lui faisant part du vœu “de la Société des Hôteliers Montreux-Riviera, de rencontrer la Municipalité de Vevey pour un échange de vues. »  En plus du président de ladite société M. Rudolph, seront présents le vice-président Nicolas Ming, de l’Hôtel Astra à Vevey et d’un membre du comité, Jay Gauer, directeur de l’Hôtel des Trois Couronnes à Vevey. M. Rudolph ferait bien de ne pas oublier Vevey dans l’appellation de la société, ce serait plus juste… et de garder Montreux par charité chrétienne! En tout cas, une fusion des communes aboutissant à une telle représentation politique veveysanne ne pourrait que réjouir les habitants du chef-lieu…

2 réflexions sur « Des hôteliers Montreux-Riviera très veveysans… »

  1. Mais quelle est donc cette truffe ?

    * un champignon qui se développe entièrement sous le sol, en dessous du ras des pâquerettes,
    * l’organe olfactif de certains animaux, qui permet de « tracer » pour mieux piéger leurs congénères,
    * un arôme puissant apparaîssant dans les vins, qui fait tourner la tête et parfois perdre raison.

    Quoi qu’il en soit, elle s’engage ici dans un discours démagogique, sectaire plutôt que fédérateur, qui ne va en tout cas pas dans le sens de l’intérêt commun.

    Quand bien même messieurs Rudolph, Ming et Gauer portent des noms qui ne sonnent pas très veveysans (provocation facile), on ne peut que saluer leurs engagements et leurs efforts dans la promotion de leurs établissements hôteliers, lesquels contribuent largement à valoriser l’image de Vevey, son économie et son tourisme.

    Par charité chrétienne, j’appelle de mes vœux la truffe à se développer dans d’autres terreaux plus fertiles. Qu’elle hume l’air du temps de temps-en-temps pour se rendre compte que le citoyen-électeur a d’autres préoccupations que ces basses mesquineries.

  2. Bravo à Adam de Lyon pour ses trois premières phrases où il se paie la tête de la Truffe. Cette dernière a beaucoup ri d’elle-même en lisant ces trois définitions qu’elle méditera cet hiver au coin du feu au cours d’un indispensable travail d’introspection!

    Dommage toutefois qu’Adam manque de tenue… lorsqu’il prend l’ironie de la Truffe au 1er degré, alors qu’il s’agit d’un clin d’oeil. La Truffe et Vevey Libre ont eu l’occasion à plusieurs reprises de féliciter MM. Rudolph, Ming et Gauer qui font un travail formidable profitable à l’économie locale et au rayonnement de notre région.

    La Truffe n’a d’ailleurs fait aucune allusion à la consonnance germanique des trois hôteliers contrairement à ce qu’Adam de Lyon laisse entendre dans une drôle de salade. D’autant que VL compte dans ses rangs des Christen, Schuseil, Pieren, Hunziker et Gut…

    L’Adam de Lyon sauvage est, il est vrai, connu pour son amertume. Et elle a, en la circonstance, un peu d’avance car en principe, elle apparaît au printemps en période électorale, alors que nous ne sommes qu’en période pré-électorale!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *