Urbanisme et constructions: le bilan après deux ans

Conférence donnée auprès de l’Association “Vibiscum” le 5 mars 2008

La défense du patrimoine et un développement harmonieux de la ville constituent l’un des axes principaux qui ont influencé mon action depuis le début de mon engagement politique. Dans le programme de législature de la Municipalité de Vevey, sous le titre “objectif général en matière d’urbanisme” vous pouvez d’ailleurs lire: “mettre l’accent sur la protection, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine – tendre à un développement harmonieux et convivial des quartiers de la ville.”

Surveillance des travaux

Concrètement, cela s’illustre par une attention de tous les instants face aux projets de transformation ou de démolition. Je m’appuie pour cela sur le travail précieux effectué par notre architecte-urbaniste en charge de la police des constructions. Nous essayons d’utiliser au maximum notre marge de manœuvre. Parfois, comme le dit l’adage, le diable se cache dans les détails. Et entre les intentions affichées par les propriétaires et la réalisation, il y a parfois un fossé. Il faut sans cesse être à l’affût d’éventuelles dérives. Toutefois, compte tenu de ressources humaines limitées, il est difficile de tout contrôler.

Café Bel Air

Nous nous battons également à Plan-Dessus pour conserver le No 5 de la rue du Nord où se trouve le Café Bel Air et sa magnifique arrière salle. Nous avons bon espoir de trouver une solution avec son propriétaire. Dans d’autres cas, pour éviter que le propriétaire fasse  le choix de la démolition, nous autorisons la surélévation de bâtiments qui rend ainsi leur conservation intéressante. Le cadre légal ne nous permet toutefois pas toujours de nous opposer à une démolition.

Notre patrimoine à soigner

Mais protéger le patrimoine, cela devrait être avant tout de montrer l’exemple et d’entretenir nos bâtiments. Avant d’entrer en fonction, je savais que la ville de Vevey avait du retard dans l’entretien de son patrimoine immobilier – j’étais d’ailleurs intervenu à ce sujet comme conseiller communal – mais je n’imaginais pas que la situation était aussi grave. C’est plusieurs dizaines de millions de francs que nous allons devoir investir dans les années à venir pour des travaux de restauration que ce soit à la salle del Castillo, aux Galeries du Rivage, à l’Eglise Notre Dame, à la Cour-au-Chantre, au théâtre l’Oriental – où n’était initialement prévu qu’un ravalement de façade. Il ne s’agit ici que des principaux objets: la liste n’est pas exhaustive.

Etudes historiques

Pour chaque rénovation importante ou développement futur de quartier, nous faisons réaliser des études historiques si elle n’existent pas déjà. Je peux citer trois exemples. La salle del Castillo, le bâtiment de l’Oriental et le quartier des Bosquets.  Dans les deux premiers cas, cette étude s’avère très utile pour tenir compte de l’histoire du bâtiment dans nos interventions. Dans le dernier cas, cela nous permet de déterminer quels bâtiments nous souhaiterions voir être conservés..

Les projets privés

A coté du volet défense du patrimoine, il y a le volet développement de projets immobiliers. Nous devons lutter pour tendre à un développement harmonieux et convivial des quartiers de la ville, sans quoi le capital beauté de Vevey pourrait être prétérité. Il faut bien reconnaître que c’est l’action la plus difficile. Un plan partiel d’affectation (PPA) ne nous garantit pas une réussite architecturale. Comme son nom l’indique, il définit des affectations, des emprises au sol, des hauteurs, des volumes, mais en aucun cas l’architecture. Un bon PPA est une garantie nécessaire, mais pas suffisante à la réussite du développement d’un quartier. Dès l’instant où un projet est conforme au cadre légal, notre marge de manœuvre est restreinte. Il s’agit alors d’user de toute notre influence pour que le choix du propriétaire se porte sur un bon architecte – pour autant qu’il ne soit pas déjà choisi – et que cet architecte présente ensuite un bon projet. Nous essayons d’intervenir le plus en amont possible de la procédure afin qu’il ne soit pas trop tard pour agir. Pour nous forger une opinion, nous nous appuyons notamment sur le point de vue avisé de la Commission d’Aménagement du Territoire (CAT), qui est une commission consultative composée à la fois d’architectes et de représentants des partis politiques. Nous la tenons au courant des derniers  projets en cours, des processus engagés, nous lui demandons son avis sur les projets de plan partiel d’affectation et sur des projets d’importance avant leur mise à l’enquête publique, afin si nécessaire, de pouvoir avoir une influence sur l’architecte pour qu’il tienne compte des critiques et adapte son projet.

C’est parfois le jeu du “tu me tiens, je te tiens par la barbichette”, car les propriétaires savent que notre marge de manœuvre n’est pas illimitée, mais ils savent également que si l’autorité est convaincue d’un projet et qu’après correction, il s’en voit amélioré, le risque d’opposition est beaucoup moins grand, le risque de recours également. Sans compter que l’autorité à un rôle non négligeable à jouer au niveau de la rapidité du traitement du dossier. Un bon dossier peut être traité plus rapidement.

Développements urbains

Comme vous l’aurez probablement lu récemment dans 24 Heures, ce sont environ 1’000 habitants supplémentaires que Vevey accueillera d’ici deux ans et encore 1’500 de plus d’ici 2013. Ces projets en cours répondent à l’objectif fixé à l’Etat de Vaud au travers de son plan directeur de réaliser de nouveaux logements près des centres urbains, à proximité des commerces, des services, et des transports publics pour faire face à la demande. A terme, Vevey comptera environ 20’000 habitants et aura quasiment atteint son plafond en termes de population. Malgré tous ses projets immobiliers, rassurez-vous, Vevey n’est pas en train de se transformer en cité dortoir. Actuellement, la ville offre 12’000 places de travail, nous en sommes donc bien loin surtout que nous avons la chance d’avoir une vie associative intense et plusieurs groupements de quartier jouent un rôle fédérateur essentiel, que ce soit à Plan-Dessus, à Plan-Dessous, à la Valsainte ou à l’est de la ville. Par ailleurs, dans les trois gros projets programmés, à savoir les Moulins de la Veveyse, la Cour aux marchandises et les Bosquets, nous demandons aux propriétaires de prévoir une mixité. Le logement doit représenter 60% des surfaces, les activités 40%. On entend par activités, des locaux artisanaux, des bureaux et des commerces. Cet équilibre est suggéré par notre plan directeur communal.

Quels sont ces gros projets?

Moulins de la Veveyse: A terme, ce sont environ 1’000 habitants qui s’installeront dans ces nouveaux immeubles dont la réalisation s’étalera jusqu’en 2013. Ce projet se veut exemplaire sur le plan énergétique en faisant appel à des ressources renouvelables.

Gare aux marchandises: les CFF veulent développer un quartier sur cette parcelle qui s’étendra sur 21’400 m2. Si l’on réalise un projet comprenant 60% de logement, ce sont 645 habitants supplémentaires  qui s’y installeront d’ici 2013. Les CFF viennent d’organiser un concours pour mandater l’architecte chargé d’établir un plan partiel d’affectation. Nous avons exigé cette démarche et il me paraît essentiel que nous poursuivions sur cette voie des concours. Cela a une influence évidente sur la qualité des projets.

Ilôt Bergère: il est également prévu d’organiser un concours en vue de l’aménagement de l’Ilôt Bergère, av. Général Guisan 69-75. Il s’agit là de démolir les bâtiments actuels pour réaliser un nouveau bâtiment de tête destiné à des activités du type tertiaire ou éventuellement à affectation hôtelière.

Secteur des Bosquets: nous allons organiser un concours d’idées ouvert afin de déterminer le réaménagement des espaces situés devant et derrière la gare, régler les problèmes lancinants de trafic automobile à cet endroit, définir comment devrait s’organiser idéalement la dépose et la prise en charge des voyageurs, déterminer l’endroit idéal d’implantation d’un parking derrière la gare. Trois secteurs sont envisagés pour l’implantation de ce parking: l’emplacement actuel du Parc & Rail (mais qui est très étriqué), la chaussée de la Ginguette et les parcelles ex-Margot ainsi qu’en face, ex-Gloor-Wiskel. Les récents acquéreurs de ces terrains sont prêts à nous accorder un droit de superficie. Les cinq meilleurs bureaux d’architecte de ce concours d’idées seraient ensuite invités à participer à un autre concours pour développer un projet mixte logement-artisanat sur les terrains précités. A terme, soit vers 2013 également, ce sont 200 habitants de plus qui pourraient vivre à cet endroit.

La mission de mon service est également d’attirer l’attention de la Municipalité de devenir propriétaire à un endroit stratégique dans la perspective du développement d’un quartier. C’est ainsi que nous sommes à l’affût de ce qui se vend. Nous avons ainsi mis la Municipalité sur la piste du terrain acquis récemment au ch. des Vergers. Ces démarches se font en collaboration avec le service des gérances dirigé par Gilles Altermath et dont le municipal en charge est le syndic Laurent Ballif.

Tout ces projets auront une influence sur les aménagements routiers: en particulier à Gilamont où le quartier se transforme progressivement de zone industrielle en zone d’habitat. Il s’agira de donner à cet axe une vocation de rue plus urbaine, également à l’avenue Reller où se développera le projet de la Cour aux marchandises.

Collaboration avec d’autres services

Ces projets ont également une dimension sociale et nous vous appuyons dans nos réflexions sur des informations qui peuvent nous être fournies par les services des affaires sociales et familiales dirigé par M. Christophe Bornand et le municipal M. Lionel Girardin, ainsi que le service de l’Education dirigé par M. Alexandre Bays ou encore le service animation sport et jeunesse, placé sous la responsabilité de la municipale Mme Madeleine Burnier. Dans le cas des Moulins de la Veveyse, il est prévu de réaliser dans les futurs bâtiments une garderie et des logement subventionnés. Les futurs ilôts accueilleront également des appartements protégés pour les personnes âgées et des salles de classes. Pour ce qui est des aménagements extérieurs, nous devons également prendre langue avec le service des Espaces publics dirigé par M. Gérard Amoos et le municipal M. Marcel Martin.

Ces considérations vous démontrent que le service de l’Urbanisme et des Constructions joue un rôle transversal et qu’une saine collaboration entre les différents services est indispensable. Je me plais donc à ce titre de relever l’excellente ambiance et le bon esprit de collaboration qui règne au sein de votre Municipalité.

Circulation et parcage

C’est un dossier qui est traité par Urbanisme et Constructions en collaboration avec Police Riviera. L’objectif visé par mon service et qui rejoint celui de la Municipalité est de favoriser la mobilité douce et de contenir le trafic automobile au centre ville. Nous souhaitons pour cela réaliser des parkings extérieurs mais proches du centre. C’est pour cela que nous projetons un parking derrière la Gare et des parkings d’appoint à l’av. de Blonay (sur l’esplanade située entre cette route et la voie des CFF) et à Entre-Deux-Villes pour favoriser l’accès aux commerces de Vevey-Orient.

A terme, la Place du Marché (parking souterrain ou non) serait destinée avant tout aux personnes qui fréquentent les commerces, les restaurants et les lieux de divertissements comme le cinéma ou le théâtre (durée: 2 à 4 heures). Les pendulaires et habitants seraient incités à utiliser le parking de la Gare par une politique tarifaire différenciée. Plus on est au centre, plus c’est cher. Le résultat de la consultation populaire en relation avec le projet de parking sous la place du Marché démontre que la Place du Marché est utilisée à la demi-journée par un nombre considérable de personnes qui travaillent au centre-ville, voir même toute la journée pour des personnes qui prennent le train pour aller travailler à l’extérieur!

Rattraper le retard

En substance, il s’agit de préserver l’existant en rattrapant le retard pris en matière d’entretien de nos bâtiments, améliorer les infrastructures existantes, rendre la vie plus agréable en incitant les automobilistes à limiter leurs déplacements au centre-ville et dans un avenir plus ou moins proche démarrer un autre gros chantier: la refonte complète de l’axe Guisan-Gare-Chenevières et le réaménagement du Quai Perdonnet. Je précise que tous nos projets doivent s’inscrire dans la perspective du développement durable: limiter la pollution sans prendre des mesures trop coercitives, limiter la consommation d’énergie. Nous disposerons pour cela dans quelques mois d’un plan directeur des énergies qui comprendra un certain nombre de mesures à mettre en application pour faire de Vevey une ville modèle en la matière.

Pousser le processus collaboratif

Pour conclure, j’aimerais encore vous dire que mon vœu le plus cher, serait – pour des projets d’importance – de passer d’un urbanisme de plan à un urbanisme de projet. Soit passer d’un processus hiérarchique (projets établis, puis modifiés par un processus de consultation ou de négociation) à un processus collaboratif où le projet est le résultat final de la procédure qui implique experts, élus et groupes sociaux concernés. Pour reprendre une formule d’Ola Söderström, professeur de géographie à l’Université de Neuchâtel, la population concernée apporte son savoir et sa légitimité usagère de l’espace urbain, les élus leur capacité de débat et de décision liée à la légitimité démocratique, les architectes et urbanistes leur savoir et leur légitimité professionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *