Investissements et Place du Marché: qui dit vrai?

En réponse à Francis Baud, intervenant pour défendre l’idée d’un plafond d’endettement fixé à 135 millions de francs, le Conseiller municipal Pierre-Alain Dupont donnait utilise des termes tels que “n’importe quoi” et/ou “chiffres faux”! Qui dit vrai? Nous ne soulevons que trois points essentiels qui forcent la réflexion:

1° : Multiplication du rythme des investissements : Pierre-Alain Dupont affirme publiquement que les investissements de la nouvelle législature ne sont pas 5 fois plus important, mais seulement de 1,5 fois. Passons-nous pour des menteurs? Il n’en reste pas moins que M. Gilles Altermath, Chef de Service des Finances, nous confirme que la dernière Municipalité à bel et bien investi en 4 ans CHF 16 mio. et que la nouvelle, pour la période du 1er juillet 2006 au 30.06.2011, veut dépenser CHF 81 mio. Mais voilà: Pierre-Alain Dupont compare plan des investissements 2001-2005 à plan des investissements 2006-2011. Quel intérêt? Personne ne s’intéresse plus aujourd’hui à ce qui avait été prévu en 2001. Ce qui compte pour comparer, c’est ce qui a été réalisé avant et ce qui est prévu maintenant! Le dernier plan prévoyait CHF 55 mio. mais n’a réalisé que CHF 16 mio. Le nouveau prévoit CHF 81 mio. Il y a donc bel et bien une accélération fois 5. Si l’on supprime le projet du parking sous la place du marché, il reste toujours un multiplicateur fois environs 4. Qu’on arrête de vouloir infirmer des affirmations en utilisant des comparaisons farfelues!

2° Actuel endettement : Pierre-Alain Dupont conteste que nous parlions d’un endettement actuel de CHF 113.5 mio. Encore un chiffre vérifié par le Boursier communal. Pierre-Alain Dupont met le brouillard dans le débat en invoquant le fait qu’il a hérité de l’ancien ministre des finances un droit d’emprunter “demain matin” CHF 10 mio. de plus, disposant d’une autorisation obtenue par le Conseil d’Etat avant le 1er juillet 2006. Ce qui lui donne, selon lui, aujourd’hui, la possibilité d’aller à CHF 123.5 mio. Ce n’est évidemment pas faux et nous le savons. Mais le Conseiller municipal tente d’expliquer que cette limite lui est acquise et que le Conseil ne peut pas y revenir. Dont acte. Il n’en reste pas moins que la dette est bel et bien actuellement de CHF 113.5 mio, et que demain elle n’ira jamais au-delà de CHF 135 mio., selon décision du Conseil communal, y compris l’actuelle autorisation d’emprunter CHF 10 mio. Nous osons espérer que la Municipalité ne va pas l’additionner à la limite décidée par le Conseil communal. Cela risquerait de chauffer!

3° Prix du Parking : Nous disons que le parking sur la Place du Marché, tel qu’actuellement envisagé sur le plan des investissements dont nous avons pris acte, va dépasser CHF 20 mio. Voilà encore que nous nous faisons traiter de menteurs? Pierre-Alain Dupont dit: faux, le parking ne coûtera en fin de compte que CHF 12 mio. A nouveau: il n’y a pas mieux pour brouiller les cartes. Alors soyons de bonne foi et analysons les chiffres d’une manière logique, une nouvelle fois avec l’aval du Boursier communal:

– Montant annoncé sur le plan des investissements: CHF 16 Mio.

– Montant annoncé par Vevey Libre: CHF 20 Mio.

– Explications: a) Dans les 16 mio. du plan des investissements, il est dit ceci: CHF 14 mio pour le parking souterrain et CHF 4 mio. pour l’aménagement de la surface = CHF 18 mio., moins CHF 2 mio. “qui seront encaissés par des riverains qui achèteront des places de parc (?).” Donc résultat final, y compris aménagement surface CHF 16 mio, moins CHF 4 mio pour l’aménagement de la surface, cela donne CHF 12 mio. annoncé par Pierre-Alain Dupont. b) Question? A quel prix seront vendues ces places de parc et combien vont être vendues et combien resteront pour le public? A ce jour, grand nuage opaque. Etes-vous d’accord, dès lors, d’oublier pour l’instant ces CHF 2 mio. de ventes de places? Nous avons franchi le pas. Nous en resterons donc à 18 mio. de coûts de constructions. Oublions, pour l’instant les éventuels “acheteurs de places individuelles”! c) Pour ce qui concerne la surface, nous n’avons aucun élément, à ce stade, pour savoir si CHF 4 mio. vont suffire. Acceptons donc provisoirement ce montant. On est donc à CHF 18 mio. Reste que c’est encore M. Gilles Altermath qui rend attentif à un fait important: si l’on réalise ce projet pharaonique, il durera au-delà d’une année, durant laquelle nous n’encaisserons ni recettes parcomètres, ni amendes de parcages. Le manque à gagner pour la Ville? CHF 1 mio par an. Et cela nous mène tout naturellement à encore une charge de CHF 2 mio. supplémentaire ce qui nous conduit logiquement à CHF 20 mio. (sans divers et imprévus!).Nous ne nous exprimerons pas quand à la rentabilité d’un tel investissement, compte tenu des montants annoncés. Si nécessaire, nous y reviendrons. Mais sachez déjà, qu’à ces prix-là, il est inutile de calculer trop longtemps. Nous n’y arriverons jamais, ni en privé avec des prix normaux, ni en financement publique, à moins que l’on accepte de faire payer le contribuable par les impôts.