Les portugais veveysans : une quantité négligeable ?

Francis Baud de Vevey Libre a déposé jeudi 28.03.2013, lors de la dernière séance du Conseil communal une Interpellation.
Il rappelle dans cette initiative communale que les dits portugais étaient 1’200 veveysans à recevoir leur matériel de vote, sur 11’800 (= 10%). Il s’agit de la plus grande communauté étrangère de Vevey. Elle est regroupée sous l’enseigne FC ATLANTIC, Vevey (association selon Code civil Suisse).
1. Etat des lieux : les portugais se rencontrent depuis des années au chemin du Verger 10, propriété de la Ville de Vevey depuis 2008.
Il s’agit d’une communauté régie en association sans but lucratif qui verse l’intégralité de ses revenus nets à la formation sportive des jeunes (condition sine qua non pour faire partie de la Fête Multiculturelle, p.ex).
Il y a eu résiliation de bail prononcé par la Ville en bonne et due forme, certes sans aucune faute juridique. Suite à cela, la communauté a demandé de rencontrer les responsables de la Ville. Ils ont été reçus et il y a eu négociation, comme il se doit. Les autorités ont réussi un compromis juste fabuleux : o.k. on ne vous expulse pas à fin août 2013 mais nous daignons vous octroyer un délai à fin avril 2014. En contrepartie vous renoncez à faire opposition.
Nos amis portugais ont bêtement bâché et ont signé l’acceptation de la résiliation prolongée. Ils vont donc fatalement être délogés en avril 2014 par Police Riviera s’ils font obstruction.

2. Induction en erreur : La Ville s’est retrouvée à devoir réaménager les locaux avec des investissements lourds en 2010 pour répondre aux prescriptions de sécurité imposées par diverses lois cantonales. Les portugais se sont retrouvés considérablement perturbés par ces travaux de transformation mais croyaient que cela était dans leur intérêt et que c’était pour eux qu’ils se faisaient.
Une fois ces travaux terminés, ils ont, à leur tour, investis dans l’installation d’un piano de cuisine et de la ventilation en 2011, ayant été rassurés par la Municipalité que cette dernière allait continuer le bail.

3. Affectation des lieux : Les portugais investissent cette salle pour y fêter des évènements liés aux fêtes portugaises, des mariages et, surtout, des rencontres conviviales entre eux et avec les nouveaux arrivants, souvent démunis mais trouvant refuge. Chaque portugais à Vevey (et même certains non-portugais)
connaissent cette grande salle de 300m2 avec une fréquentation impressionnante 6 jours sur 7.

4. Attitude de la Municipalité : Le président de l’Association FC ATLANTIC, M. Cristovao Caria a rencontré par la suite Laurent Ballif une seule fois, pour s’entendre dire qu’il y avait une opportunité de construire un local aux Monts de Corsier, tout près de Vevey, avec un terrain à acheter, apparemment correctement zoné pour y construire une salle d’association !!

5. Inquiétudes : La Municipalité lance un message clair : je te jette et tu peux devenir promoteur immobilier.
L’intégration des étrangers, sujet de grande actualité ces derniers temps, se fait apparemment chez nous à travers ceux qui sont riches et qui construisent leurs propres infrastructures d’intégration en payant ensuite des impôts immobiliers !!! La mobilité douce est aussi très actuelle : à l’avenir, chaque portugais, s’il a encore envie d’aller retrouver les siens, va devoir prendre sa voiture pour aller aux Monts de Corsier, alors qu’actuellement il y va à pied.
Je suis heureux d’assister à l’ingéniosité des autorités actuellement en place et qui nous gouvernent.

6. L’Action politique : Nous n’avons pas le droit de bafouer les efforts considérables que fournissent toutes nos associations dites « étrangères », et dans ce cas les portugais qui contribuent à l’intégration des jeunes, des adultes et des retraités qui se sentent tous bien chez nous, mais pour autant qu’ils puissent se retrouver de temps à autre entre eux. Un droit légitime.

Mes questions :
1. La Municipalité cherche-t-elle vraiment une solution pour reloger la Communauté portugaise ou la laisse-t-elle se débrouiller, dans un esprit très libéral : aides-toi, le ciel t’aidera ?
2. Si oui, quelles ont été les démarches entreprises jusqu’ici par la Municipalité pour tenter de trouver une solution ?
3. La Municipalité ne pense-t-elle pas qu’il vaille la peine de faire de l’intégration en s’appuyant sur des structures existantes, bénévoles et donc moins cher, mais en leur donnant les moyens d’infrastructure nécessaires ?
4. Quelles solutions la Municipalité envisage-t-elle pour au moins proposer des prolongations allant au-delà du mois d’avril 2014 et de se donner du temps pour leur trouver un local, même inférieur à 300m2 et si possible au même prix ?
Au nom de Vevey Libre : Francis Baud

Vevey Libre attend là-aussi les réponses données par les autorités lors de la prochaine séance du Conseil communal du 2 mai 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *