Cinémas Rex menacés de disparition: peut-on laisser mourir ?

INTERPELLATION DE JÉRÔME CHRISTEN AU CONSEIL COMMUNAL DU 23.02.2012

Les cinémas Rex à Vevey, qui fêteront l’an prochain leurs huitante ans, sont menacés dans leur existence.  L’évolution technologique du cinéma contraint les exploitants de salles à s’équiper d’installations de projection numériques. A court terme, probablement d’ici l’été prochain, il ne sera possible d’obtenir des nouveaux films que sur support numérique et les salles qui ne seront pas équipées sont condamnées à ne plus pouvoir projeter que des films anciens et donc à péricliter.

Un changement incontournable

Comme l’écrivait récemment le Journal d’Orbe, « aussi incontournable que le fut en son temps le passage du cinéma muet au cinéma parlant, le passage du système de projection «analogique» (support film) au système de projection dit «numérique» (support informatique) est parfaitement inéluctable. Plus aucun film destiné à des projections publiques ne sera désormais enregistré ailleurs que sur ce dernier support et donc, une salle non adaptée à ce modernisme galopant verra son avenir s’assombrir, voire s’éteindre aussi brusquement que définitivement ! »

Situation délicate

Le cinéma Rex est le seul multiplexe de la ville veveysanne. Avec plus de 600 places exploitées par le groupe Cinérive, ses quatre salles proposent une programmation variée pour vrais cinéphiles et familles. Jusqu’ici Cinérive a pu fonctionner à Vevey sans l’aide des pouvoirs publics dès lors que l’excellente fréquentation a toujours permis d’en faire une opération rentable.

Les cinémas veveysans représentent un intérêt public indéniable, et il ne viendrait à l’esprit de personne d’imaginer qu’ils puissent disparaître. Et pourtant aujourd’hui la menace est tout ce qu’il y a de plus sérieuse. Cinérive, qui exploite les salles veveysannes et de nombreuses autres dans le canton, se retrouve dans une situation extrêmement délicate. Les marges que dégage l’exploitation des salles ne permettent pas de financer de tels investissements extraordinaires et coûteux qui viennent s’ajouter aux charges d’entretien et d’investissements courantes.

Deux salles déjà sauvées

L’Association Avenir Ciné Riviera, lancée en automne dernier pour venir en aide aux cinémas de la Riviera, a obtenu une aide de la Loterie Romande et un prêt sans intérêt de la ville de Vevey pour l’Astor permettant d’assurer l’avenir de cette salle. L’installation du numérique au Rex 4 a pu être autofinancée par Cinérive. Le choix d’équiper ces deux salles en priorité se justifie par des raisons techniques qu’il serait trop long et fastidieux d’expliquer ici. Des démarches sont en cours avec la Loterie romande et la Municipalité de Montreux pour les salles montreusiennes.

Rôle subsidaire des pouvoirs publics

Reste maintenant à trouver une solution pour les Rex 1, 2 et 3. Sur le principe, on peut se demander si c’est bien le rôle d’une collectivité publique de voler au secours d’une entreprise privée. Il faut toutefois se rendre compte que c’est la survie de ces salles qui est en jeu. Les collectivités publiques peuvent être amenées à pallier des missions d’intérêt public assurées par le secteur privé, dès lors que celui-ci n’est plus en mesure de les assumer. On doit admettre qu’elles puissent jouer un rôle subsidiaire.

Le cas d’Orbe

Par exemple, la ville d’Orbe, vient de décider d’investir 540’000 francs dans la rénovation de son cinéma et dans le renouvellement de ses équipements techniques. C’est à cette condition que ce cinéma, auquel Orbe accorde depuis de nombreuses années une subvention de 30’000 francs annuels, modulable en fonction du résultat d’exploitation, pourra continuer à exister. Heureusement, nous n’en sommes pas là, grâce à l’important bassin de population et la tradition cinéphile dont nous jouissons.

Intérêt public majeur

Compte tenu des objectifs de notre ville en matière culturelle en notamment en lien avec les ambitions que nous avons pour la manifestations « Images », il paraît difficilement imaginable de ne conserver que deux salles de cinéma à Vevey. La diversité des films projetés n’est possible qu’avec le maintien des cinq salles actuelles. Cela représente un intérêt public majeur pour l’ensemble de notre région et notre ville devrait être le moteur d’une démarche de demande de soutien au niveau régional.

Les questions à la Municipalité

1. Comment la Municipalité apprécie-t-elle la grave situation dans laquelle se trouvent les cinémas Rex 1,2 et 3 de Vevey ?

2. Dans ce contexte, quelles mesures entend-elle prendre pour permettre leur sauvetage ?

 

Vevey, le 23 février 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *