“Une opération de guérilla urbaine à Vevey”

C’est ainsi que le municipal socialiste Lionel Girardin a qualifié l’action de Pro Juventute au centre de Vevey. Plusieurs dizaines de faux panneaux de circulation dessinés par des enfants avaient été posés sur des troncs d’arbres, à des façades et aux piliers de la Grenette. Cette signalisation avait été agrémentée de messages écologistes et pacifistes sous forme de mots ou de dessins. Police Riviera a aussitôt été mise en état d’alerte et une opération commando a rapidement mis fin à cette affichage sauvage à la demande de M. Girardin. Il n’y a eu aucun blessé et les Veveysans peuvent continuer à vivre heureux et se dire que leur police est drôlement plus efficace face à la délinquance juvénile que celles de la banlieue parisienne où des voitures sont régulièrement incendiées et où les actes de violence sont quotidiens.

3 réflexions sur « “Une opération de guérilla urbaine à Vevey” »

  1. Et les mômes dans tout ça? Ils devaient être fiers de leur boulot, je ne sais le but de cette action mais c’était certainement pour prévenir les accidents. C’est important que les enfants soient acteurs dans leur ville. Cela motive.
    Donc, pas bien Monsieur Girardin. Il y a certainement d’autres chats à fouetter à Vevey.

  2. Je pense qu’il serait préférable que nos édiles tournent sept fois leur cerveau dans leur crâne avant de donner des ordres précipités aux forces de l’ordre et d’utiliser un vocabulaire complètement inapproprié à propos d’actes bon enfant qui n’ont fort probablement rien de pénal.

  3. Biens chers,
    Lorsque ces panneaux ont été installé, l’association Pro Juventute n’avait pas fait savoir qu’elle était à l’origine de cette installation. Dès lors, je maintiens, en effet, le terme de guérilla urbaine (ou plus justement appelé marketing de guerre) dans cette affaire et me défends clairement d’avoir utiliser des termes inappropriés. En effet, lors de la mise en place de ces panneaux mon inquiétude était d’avoir à faire à une action d’une entreprise privée faisant du marketing de guerre et utilisant le domaine public pour son propre intérêt ! Ce que j’estime qu’elle n’a pas à faire (Pro Juventute peut-elle plus le faire ? A discuter ! – que diriez-vous si c’était les jeunesses chrétiennes, par exemple) !
    Donc oui M. Tolusso, mon cerveau a très bien tourné dans mon crâne et la décision est cohérente avec toutes les autres prises dans ce domaine. Je ne me rappelle pas vous avoir entendu (et suggérer une limitation de mon activité cérébrale) lorsque j’ai utilisé les mêmes termes pour l’action “Amendes” d’un office du tourisme des alpes. L’équité de traitement m’a toujours apparu comme étant la meilleure manière de gérer les situations.

    Quant à notre Chère Truffe, certains panneaux ont été enlevé dans la journée du lendemain, par le service de voirie et d’autres par Police Riviera. Parler d’opération commando est légèrement excessif même pour un texte ironique. Mais que cela ne vous inquiète pas, je ne suis à la tête de Police plus que pour 10 jours. Mon remplaçant pourra dès lors connaître les auteurs grâce aux caméras mises en place et éviter de mettre au pilori des associations (à défaut d’y voir brûler des automobiles) !

    Quant au fait que ces panneaux soient le fait d’enfants sur des thèmes d’actualité, je ne peux qu’espère vivement que leur réalisation leur ait permis d’apprendre et d’échanger sur ces sujets. Plus les enfants sont sensibilisés jeune à une problématique, plus ils vont pouvoir avoir un comportement responsable et pouvoir en faire profiter leurs parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *