5 décembre 2022
Les activités humaines sont devenues la principale force de transformation de notre environnement. Ces changements menacent de déstabiliser le fonctionnement du système Terre et de nous projeter dans une zone à hauts risques remettant en cause les conditions dans lesquelles nos sociétés ont pu se développer. Source: UNIL

Plan climat à Vevey: ne pas oublier la biodiversité!

Le plan climat a fait l’objet d’un premier débat la semaine dernière au Conseil communal. Vevey Libre le voit d’un bon œil, mais entend se pencher dessus de manière plus approfondie pour examiner des près si les priorités ont été bien définies et si les objectifs sont suffisamment ambitieux. Le conseiller communal Vevey Libre Mickael Bertschy a regretté la faible place accordée à la biodiversité.

La question de liberté requestionnée

Alors que le PLR Pierre-Alexandre Fürst soulignait le fait que la liberté est un fondement constitutionnel et qu’il faudrait convaincre pour que les citoyens y adhèrent, le conseiller communal Vevey Libre Mickael Bertschy a invité les membres du conseil à lire un ouvrage très intéressant rédigé par Dominique Bourg et Kerry Whiteside intitulé Vers une démocratie écologique. Ils y requestionnent la notion de liberté en prenant en compte le fait que nous vivons sur une planète dont les ressources sont limitées et que la liberté s’arrête où commence celle des autres. Il faut donc prendre en compte une dimension collective de la liberté individuelle par rapport aux contraintes qui touchent notre espèce. 


Mickael Bertschy s’inquiète de la perte de biodiversité

Le conseiller communal Vevey Libre Michael Bertschy s’est joint aux louanges faites au sujet de ce document très complet et très fouillé. Par contre, il regrette la faible place accordée à la biodiversité en faisant référence à la théorie du Donut des limites planétaires. On observe que certaines limites sont déjà largement dépassées, notamment celle du réchauffement climatique, qui est liée à la question des émissions des gaz à effets de serre, autour de laquelle est principalement axé ce plan climat. Le scepticisme climatique est devenu indéfendable au vu des derniers rapports produits par les organismes internationaux dont ceux de l’IBPES (groupe international d’experts sur la biodiversité) qui constate que la

biodiversité est la limite planétaire la plus dépassée de toutes. Même si l’on n’est pas encore capable de mesurer dans quelle mesure ce facteur va aggraver le réchauffement climatique du à l’émission de gaz à effets de serre, on ne peut l’ignorer. Dans le cadre d’un plan climat communal dans une ville aussi urbaine que Vevey, la biodiversité n’a peut-être pas une place aussi fondamentale, mais c’est quand même quelque chose qu’il faut mentionner, notamment pour les autres plans climats du canton. Nous avons un fort secteur agricole et la transition vers des nouveaux modèles agricoles comme l’agroécologie serait une solution pour préserver, entre autres, la diversité génétique qui est en chute libre depuis la révolution industrielle.

Mickael Bertschy, conseiller communal Vevey Libre
Les activités humaines sont devenues la principale force de transformation de notre environnement. Ces changements menacent de déstabiliser le fonctionnement du système Terre et de nous projeter dans une zone à hauts risques remettant en cause les conditions dans lesquelles nos sociétés ont pu se développer. Source: UNIL

Jérôme Christen : se mettre d’accord sur les priorités !

Le conseiller communal Vevey Libre Jérôme Christen a demandé le report du débat à la prochaine séance en même temps que le traitement de la réponse au postulat du vert Colin Wahli précisément sur l’opportunité de réaliser un plan climat. La proposition de report a été refusée. Il s’interroge: «Parmi ceux qui n’ont pas voulu reporter ce débat, combien ont-ils vraiment lu ce document? Dix jours pour avaler un pavé de 300 pages c’est clairement insuffisant.

A partir de là, que fallait-il espérer de la discussion sur le plan climat, à part à gauche, des éloges du travail de la majorité municipale et à droite quelques déclarations à l’emporte-pièce. »Comme Vevey Libre l’a déjà dit, il ne sert a rien de scander l’urgence climatique, il faut des actions concrètes. Et celles-ci nécessitent des moyens financiers qui devront avoir l’aval d’une majorité du Conseil communal. Il faudra donc bien que nous soyons d’accord sur les priorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *