25 juillet 2021

Pour sortir de la spirale des déficits

Après l’adoption il y a dix jours d’un budget à nouveau fortement déficitaire et l’échec partiel de la démarche budget base zéro, Vevey Libre attend maintenant de la Municipalité qu’elle donne suite à sa proposition de voter simultanément l’arrêté d’imposition et le budget 2015 et de trouver un modus vivendi pour ne pas à nouveau se retrouver dans une situation où l’on creuse la dette en refusant à la fois l’augmentation du taux d’imposition et de faire des économies pour équilibrer le budget.

Il y a déjà deux ans, Vevey Libre acceptait le budget toutefois en demandant à la Municipalité d’entamer un vaste travail de fond pour contenir la hausse du train de vie du ménage communal. Nous espérions pouvoir réduire les charges de plus de 500’000 francs, cela a été rendu impossible par la droite de ce Conseil communal qui a quitté la salle.

Cette année, malgré l’outil de gestion « Budget base zéro » la Municipalité n’est à nouveau pas parvenue à équilibrer les comptes et n’a pas tenu compte de l’avertissement du Conseil communal qui, en décembre, a refusé d’entrer en matière sur le budget.  Le Conseil communal a ainsi été pris en otage dès lors qu’il n’avait pas d’autre choix que d’accepter un budget déficitaire ou de continuer de mettre l’administration dans une situation périlleuse.

Personne ne peut ignorer la nécessité de passer au développement soutenable, soit à la croissance maîtrisée et modérée. Les collectivités publiques doivent montrer l’exemple et distinguer ce qui est absolument indispensable de ce dont on peut se passer sans trop de dommages. Mais visiblement la Municipalité, même si elle a fait quelques efforts, ne veut pas vraiment entendre ce message. Ainsi nous continuons de fleurir notre ville comme un millionnaire entretiendrait son jardin. Au sens propre surtout, mais aussi un peu au sens figuré.

 

Au printemps 2013, nous avions déposé un postulat qui demandait que la Municipalité présente son budget 2014 suffisamment tôt pour qu’il soit adopté lors de la même séance et figure à l’ordre du jour avant l’arrêté d’imposition pour éviter de poursuivre dans ce cercle vicieux.

Nous avions accepté – à la demande pressante de M. Rivier de reporter notre demande à l’exercice 2015. M. Rivier souhaitait en effet laisser une chance à la démarche Budget base zéro. Aujourd’hui, même si l’échec n’est pas total, on ne peut pas vraiment parler de réussite et nous attendons maintenant que la Municipalité donne suite à notre postulat afin que l’on puisse trouver un modus vivendi entre la gauche et la droite, entre dépenses réduites et nouvelles recettes.

Faute de quoi, il faudra attendre les élections du printemps 2016 pour assister à un changement. Ce serait regrettable, car c’est une situation particulièrement plombée sur le plan de la capacité d’investissements que nous léguerons alors à la future Municipalité.

Jérôme Christen, président du groupe Vevey Libre

3 réflexions sur « Pour sortir de la spirale des déficits »

  1. Débat un peu étrange.

    Jérôme ne crédite pas la Municipalité d’une sérieuse volonté d’économies. En fait il ne prend pas au serieux son intention d’arriver à un budget équilibré en 2016. Ce qui par définition inclut que celui de cette année et celui de 2015 ne le soient pas ! Et cela SANS hausse des impôts.

    La proposition miracle de Jerôme, elle, n’a de sens que si elle aboutissait à une hausse du taux d’imposition, sinon elle n’échange rien aux données du problème.

    Visiblement, la Municipalité à exclu une telle hausse, probablement en considerant le référendum contre une telle hausse comme inévitable, et une défaite comme quasi certaine.

    Sur le premier point, la Municipalité à raison: je ne vois pas le PLR et l’UDC accepter une quelconque hausse d’impôts, même “en échange” d’un budget équilibré. Ni renoncer à l’occSion politique de lancer un référendum.

    Sur l’acceptabilité d’une hausse d’impôts, elle me semble trop pessimiste: une bonne campagne pourrait avoir un effet positif et surprenant.

    Ce qui est étrange: Vevey libre fait des critiques “de droite” à la Municipalité, alors que sur le fond, sur la composition du “cocktail” austérité / impôts, il se situe à sa gauche.

    En tout cas sîon prend au sérieux ce qu’écrit Jérôme, et que ce n’est pas juste du remplissage de site en recyclant de vieilles actualités.

  2. Comment pourrait-on prendre la chose au sérieux dès lors que l’objectif de l’équilibre pour le budget 2014 n’a de loin pas été atteint. En effet, nous doutons que la Municipalité atteigne cet objectif dès lors que de nombreuses possibilités d’économies suggérées pas l’analyse BBZ (Budget base zéro) ont été abandonnées.

    Nous souhaitons mettre la gauche et la droite au pied du mur, les uns disant pas de coupes, les autres pas de hausse d’impôts.

    Nous prétendons que c’est possible de monter le taux d’imposition à condition que l’on procède simultanément à des coupes permettant un équilibre. C’est du moins la condition que nous fixons.

    Je partage l’idée qu’une bonne campagne pourrait avoir un effet positif et surprenant pour autant que nous ayons démontré que toute les coupes “raisonnables” ont été faites.

    Le “cocktail” austérité/impôts n’est pas une position de gauche, mais du centre. Du moins la gauche est à notre sens “trop avare en austérité.” Et pour conclure, je n’appellerai pas cela du recyclage de vieilles actualités, mais la volonté d’avoir de la suite dans les idées…

  3. Tu écris: “Comment pourrait-on prendre la chose au sérieux dès lors que l’objectif de l’équilibre pour le budget 2014 n’a de loin pas été atteint.”

    La Municipalité à proclamé que son objectif équilibre en 2016 impliquait des améliorations aux budgets et surtout aux comptes de 1.7 million par an en 2015, 2015 et 2016.
    Il me semble que tu réduis l’objectif d’équilibre à des économies pures. Et que donc les 1.25 million obtenus en 2014 sont en-dessous de l’objectif.

    Sauf qu’un objectif d’équilibre inclut par définition aussi des recettes supplémentaires. Et que donc les recettes de 0,8 million doivent être comptées, ce qui fait que l’objectif est même dépassé !

    Cela dit tu ne te prononces guère sur le reste de ma prise de position, notamment sur le fait que la Municipalité ne compte pas sur les recette supplémentaires que tu proposes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *