Préavis N° 22/2008, lettre de Vevey Libre à la Municipalité

A la Municipalité de Vevey

Préavis N° 22/2008

Monsieur le Syndic, Madame et Messieurs les Municipaux,

Nous venons d’apprendre de la part de « notre » Municipal qu’il compte vous suggérer le retrait du préavis susmentionné. Nous avons au sein de Vevey Libre longuement réfléchi à cette attitude et souhaitons vous faire part de notre détermination.

Vevey Libre est d’avis que ce préavis est manifestement en train de susciter une opposition de toute part. Les travaux d’études qui ont eu lieu, autant au sein de la COFI que de la Commission ad hoc, ainsi que le rapport qui a été fourni par la C.A.T. et dont nous avons pu prendre connaissance, démontrent que beaucoup de collègues du Conseil communal ne sont pas d’accord pour s’engager dans une telle aventure.

Il est de notoriété publique que Vevey Libre n’a jamais été favorable à un parking sous la Place du Marché, ni à une réduction de ces places de parc tant qu’une solution alternative n’est pas offerte.

Afin d’éviter le risque du rejet du préavis le 22 janvier 2009, nous vous invitons, à l’unanimité de notre groupe, à le retirer.

Nous envoyons copie de la présente à tous les Présidents de Groupes des autres partis.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Syndic, Madame et Messieurs les Municipaux, nos salutations distinguées.

Vevey Libre
Peter Schuseil, Président du Parti et Stéphane Molliat Président du Groupe

2 réflexions sur « Préavis N° 22/2008, lettre de Vevey Libre à la Municipalité »

  1. Première réaction (du 2 janvier à cette lettre, non datée ci-dessus, mais expédiée également le 2 janvier):
    C’est n’importe quoi !

    – Depuis combien de mois savons-nous qu’il y a une forte opposition à ce préavis ? Depuis la décision sur le plan d’investissements ? Depuis le préavis de la Commission des finances ?
    – Depuis combien de temps la commission ad hoc travaille-t-elle ?
    • Et c’est maintenant que vient cette proposition ?

    – A quel moment qui que ce soit de Vevey Libre dans cette commission a-t-il proposé à la Municipalité de retirer ce préavis ?
    – La position «pas de réduction des places de parc tant qu’un solution alternative n’a pas été mis en place» a été concrétisée en commission par un amendement. Cet amendement a été rejeté. Les commissaires de Vevey-Libre n’ont alors pas manifesté qu’ils allaient proposer le rejet du préavis, et ne l’ont d’ailleurs pas fait au vote final de la commission.
    • Ce n’est guère cohérent !

    • Vevey-libre prône le retrait du préavis par la Municipalité «afin d’éviter le risque du rejet du préavis le 22 janvier 2009». Or le résultat pratique du rejet (entendu comme un rejet global au vote final) ou du retrait sont identiques: c’est le statu-quoi qui s’impose. En quoi le retrait du préavis ferait-il plus avancer les objectifs de Vevey-libre que le rejet ?

    – Or le rejet global n’est qu’une des possibilités parmi les diverses hypothèses sur ce qui peut se passer lors de la séance du Conseil communal. Et ce n’est pas la plus probable: rien ne permet d’exclure que les conclusions majoritaires de la commission soient adoptées.
    – Tenant compte du fait que le parking derrière la gare cher à Vevey-libre est au plan des investissements, que la réalisation de ce parking ne peut pas attendre des éternités (2011-2013 sauf erreur), l’adoption des conclusions de la commission ne serait pas une catastrophe par rapport à la position de Vevey-libre.
    • Est-ce que cela vaut la peine, du point de vue de Vevey-libre ?

    – La décision de ne pas construire de parking souterrain – et de mettre ainsi fin à un feuilleton qui dure depuis trop longtemps, cette décision vaut la peine d’être prise.
    – et celle de diminuer le nombre de places à la Place du Marché de 440 à 340 vaut aussi la peine d’être prise. En tout cas une majorité de la commission ad hoc a estimé que c’était le cas.
    • Le retrait du préavis empêcherait qu’elles le soient.

    • Le 2 septembre 2004, la Municipalité a retiré son préavis consacré à la sécurité en ville de Vevey, parce que la commission en avait rejeté le volet «sécuritaire». Le conseiller Jérôme Christen n’était pas le dernier à pester contre le mépris que cette décision de la Municipalité manifestait à l’égard du travail de la commission (http://www.vevey.ch/data/dataimages/upload/PV6_02_09.pdf). Il serait pour le moins étrange qu’il soit aujourd’hui à l’origine d’une décision du même tonneau !

    • Dernier point: il serait de l’ordre de la simple politesse que la position de Vevey-libre soit portée à la connaissance des membres de la commission. Les formules menaçantes au bas du message de Vevey-libre me dissuadent de le faire moi-même.

    Je ne peux qu’appeler Vevey-libre à retirer sa proposition de retrait, et la Municipalité à la rejeter…

    Alain Gonthier

  2. Permettez moi de revenir sur ma détermination suite à l’enquête faite auprès de la population il y a quelque temps.
    Je confirme aujourd’hui qu’il serait absolument dommageable d’envisager la construction d’un parking sous la place du marché.
    En effet cette place possède un caractère unique puisque elle est la plus grande place ouverte sur un plan d’eau d’Europe. Son relief, sa forme ainsi que les bâtiments qui l’entoure en font un objet digne de protection. La construction d’un parking défigurerait à jamais cette merveille et nous n’en avons pas le droit. C’est un patrimoine unique à sauvegarder.
    La construction d’un parking signifierait des travaux probablement pour deux ans au moins . Quide des marchés folchloriques, ainsi que de toutes les manifestations importantes organisées sur cette place. Deux ans aussi que les commerçants de la vieille ville devront supporter, au risque d’un changement d’habitude des clients. Probablement la fermeture de nombreux commerces.
    Le problème de la circulation dans Vevey devrait être étudié dans son ensemble. Tant que ce probème persiste ,il est inutile de se lancer dans un investissement de plusieurs millions dans une installation de la pareille importance.
    J’espère beaucoup que le Conseil communal de Vevey réfléchisse à cela si le préavis n’est pas retiré avant.Dans tout les cas cette décision devrait revenir à la population veveysanne.

    Jean-Pierre Pilet
    Ancien président du Conseil communal de Vevey
    Ancien président de la Commission consultative d’aménagement du territoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *