21 juin 2024

Le Conseil de Vevey ne veut pas passer aux produits exclusivement bio et locaux dans les garderies et cantines scolaires

Dans un premier temps, dans son postulat, Fabien Truffer demandait à la Municipalité d’agir conformément à ses promesses et aux engagements pris dans le Plan climat et de bien vouloir étudier l’opportunité :

  1. Proposer dès maintenant un maximum d’un repas carné par semaine (viande ou poisson) dans l’ensemble des structures de restauration collective pré et parascolaire gérées par la ville;
  2. N’acheter que de la viande bio, d’origine suisse et issue d’élevages en plein air et des poissons d’origine suisse afin d’éviter toute forme de pêche destructrice.
  3. proposer uniquement des produits végétariens (voir totalement végétaux) dans le cadre des événements officiels organisés par la ville, comme l’ont, par exemple, déjà décidé les villes d’Amsterdam, d’Helsinki ou encore l’un des arrondissement de Londres;

  4. d’exiger des événements publics ayant lieu sur le territoire communal qu’ils proposent systématiquement au moins une option végétarienne (voir totalement végétale).
Jérôme Christen a déposé en 2013 au nom du groupe Vevey Libre un postulat qui demandait la réalisation d’un espace pour les sports à roulettes.
Jérôme Christen a proposé une prise en considération partielle du texte de M. Truffer.

Lors du dépôt du postulat en juin dernier, Jérôme Christen, au nom du groupe Vevey Libre a suggéré que la commission réfléchisse à un prise en considération partielle du texte. Apparemment il s’est exprimé dans le vide, puisque la commission présidée par la Verte Valérie Zonca a renoncé à cette approche. Motif : elle n’était pas certaine de la validité du processus. A défaut d’avoir fait une vérification avant la séance, elle aurait pu le faire après en acceptant un texte conditionnel. Et fin de compte, les partisans du « tout » se sont retrouvés à 3 face à 8 défenseurs du « rien ».

  • à droite quelques élus sont encore allergiques à la notion de produits biologiques tandis que d’autres ont été agacés par la proposition initiale jusqu’au-boutiste du postulant. Le débat était donc brouillé.

  • L’UDC aurait préféré l’adoption d’une résolution plutôt qu’un postulat, dès lors que la Municipalité s’est déjà engagée sur la voie proposée par le postulant.
  • d’autres sont restés focalisés sur la prise en considération intégrale du texte et n’ont pas compris (ou voulu comprendre) que le vote ne portait que sur le texte proposé par Vevey Libre et non pas l’intégralité du contenu du postulat à l’instar d’une partie du PS incarnée par Pierre Butty, agacé par les reproches faits à la Municipalité par le postulant. Les garanties données que le Conseil communal ne se prononçait que sur la conclusion modifiée n’ont pas été entendues.
  • d’autres, aussi au sein du PS, ont estimé qu’il fallait faire confiance à la Municipalité, leitmotiv de certains élus de partis qui appartiennent à la majorité politique de la Municipalité et qui étouffent ainsi le débat démocratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *