Langue de bois municipale

La Municipalité de Vevey avait récemment fait savoir qu’elle avait procédé à une nouvelle attribution des dicastères retirant la culture à la socialiste Annick Vuarnoz. 24 Heures a expliqué cette décision par des conflits entre Mme Vuarnoz et ses chefs de service et des collaborateurs que le syndic a dû arbitrer. Pour savoir qui disait vrai, Jérôme Christen a demandé si les informations de 24 heures étaient exactes. Réponse du syndic: “La Municipalité s’en tient à ce qu’elle a communiqué et ne désire pas commenter les informations transmises par la presse puisque c’est précisément pour cela qu’elle a fait un communiqué de presse. C’était pour bien préciser quel était le contenu de sa communication”. Formulé ainsi, cela laisse entendre que le communiqué de presse municipal à suivi les informations de 24 heures alors que c’est bien l’inverse qui s’est produit. Ce qui a fait dire au communal Alain Gonthier dans les coulisses: “Pour couper cette langue de bois, il faudrait une tronçonneuse.”

Une réflexion sur « Langue de bois municipale »

  1. En d’autres termes, le Syndic de Vevey refuse de donner plus d’indications aux élus communaux que ce qu’il donne à la presse. C’est évidemment inadmissible. On peut espérer que la commissioon de gestion se penchera sur ce qui s’est passé dans les services de Mme Vuarnoz, d’une part, mais aussi qu’elle cherchera à comprendre comment le chef de l’administration communale, à savoir le Syndic, a pu laisser se développer une situation pareille, délétère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *