Rebondissements autour de la salle INOX

24 H se focalise sur la salle INOX
Vevey Libre a pris connaissance des deux articles publiés par 24 heures concernant la salle «INOX», dernier témoin des ACMV (Ateliers de constructions mécaniques de Vevey), ex-fleuron industriel de la Ville. L’actuel propriétaire déclare vouloir construire des lofts de luxe contrairement à ces intentions clairement affichées initialement d’y faire un site multiusage pour des expositions, congrès, conférences, séminaires, banquets, soirées culturelles…
Historique de la vente des terrains ACMV de la BCV au groupe Delarive
Quand le groupe Delarive a acquis ces parcelles, il connaissait les contraintes fixées par le Plan partiel d’affectation (PPA), soit l’entretien et le réaménagement de la salle ainsi que la préservation de sa volumétrie. Or toute affectation qui modifie les volumes intérieurs de la salle compromet le maintien de son tissu historique. Le respect stricto sensu du PPA n’est pas compatible avec du logement et des activités de type tertiaire.
Le groupe Delarive a acquis ces terrains à un prix qui devait forcément tenir compte des contraintes évoquées ci-dessus. Il n’est pas admissible, après avoir réalisé une belle opération immobilière, qu’il se rétracte jusqu’à vouloir se défaire des contraintes connues dès le départ sans entrer en discussion de manière constructive avec la commune.
Les besoins actuels de Vevey vus par Vevey Libre
D’autant plus que la ville de Vevey a besoin, en plus de la salle Del Castillo, d’un autre espace à disposition pour des congrès, des assemblées de toutes catégories, des associations et des particuliers. La Ville doit fournir cet effort de mise à disposition d’infrastructures suffisantes pour un développement harmonieux et efficace de notre tissu économique (tourisme en général, hostellerie, restauration et tous les autres commerces et entreprises).
Action politique revendiquée
Si le secteur privé n’est pas intéressé prioritairement à ce genre d’investissement, sachant qu’il ne réussira pas à couvrir les charges d’exploitation, il n’en est pas de même du secteur public qui, lui, doit tenir compte dans son analyse des effets – positifs – sur différents domaines tels que l’économie, le tourisme, l’associatif ou le culturel.
La Municipalité doit lancer une étude de marché, qui nous dira quels sont les besoins réels en la matière, et analyser les aspects financiers de cette opération. Elle doit tout entreprendre pour favoriser le développement de l’économie veveysanne.
Vevey Libre insiste auprès du groupe Delarive et de la Municipalité de Vevey afin qu’ils trouvent dans ce dossier une issue favorable à chacune des parties concernées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *