Moins d’impôts, moins de prestations

Baisse du taux d’imposition 

Les libéraux Veveysans ne veulent pas maintenir le taux d’imposition à son niveau actuel et souhaiteraient l’abaisser de 77 points à 75. Par voie référendaire, ils contestent donc l’arrêté d’imposition adopté par le Conseil communal. Payer moins d’impôts… qui ne le souhaiterait pas ? Et pourtant, cette mesure serait improductive et préjudiciable aux Veveysans pour les raisons évoquées ci-dessous. D’autant que les familles bénéficieront déjà d’allégements suite à l’adoption du paquet fiscal cantonal en votation populaire de février dernier.

Pour le contribuable, un abaissement de deux points du taux d’imposition aurait des conséquences dérisoires. Exemple : pour un revenu imposable de 50’000 francs, l’économie annuelle serait de 70 francs. Par contre, pour la ville de Vevey, le manque à gagner représenterait au moins 2,6 millions. Cet argent sera utile au financement d’investissements urgents, programmés et réclamés par les Veveysans parfois de longue date.

Des gros chantiers en vue

On peut citer notamment la remise en état des installations sportives de Copet. Après la remise en état des vestiaires et la construction de nouveaux, il s’agit de remettre en état le terrain afin de pouvoir intensifier son utilisation et de démolir les tribunes situées Veveyse qui pourraient  – à terme – constituer un danger d’effondrement.

A l’issue du concours d’architecture Castillo-Rivage, ce sont  au moins neuf millions de francs qui devront être investis. D’une part, pour remettre un état cette salle nécessaire à la vie associative et chère aux Veveysans. D’autre part, pour revaloriser le Jardin du Rivage, devenu hétéroclite et dont la multiplicité des usages et son bétonnage a fini par nuire à la beauté de son décor. Il s’agit de restructurer ses fonctions, ses cheminements et ses plantations et de redéfinir les relations que ce parc entretient avec les éléments bâtis qui l’environnent, en particulier le futur bâtiment qui succèdera à l’actuel Restaurant du Rivage.

Désengorger le centre-ville

Afin de désengorger le centre-ville de son trafic automobile, de favoriser les accès piétons et cyclistes, de mettre en valeur la place du Marché et plus spécialement les terrasses des établissements publics, la Municipalité souhaite y modérer le parcage des pendulaires en créant un parking de compensation derrière la gare. Ce projet fait partie d’un réaménagement complet des abords de la Gare (devant et derrière) afin d’en favoriser l’accessibilité et d’améliorer la qualité des espaces publics.

D’autres bâtiments de la ville vont nécessiter à court terme des travaux de rénovation : bâtiment du théâtre de l’Oriental, Observatoire, Eglise Notre Dame, Galeries du Rivage, Cour-au-Chantre, etc.. Ce patrimoine communal a été négligé pour différentes raisons depuis de nombreuses années et leur réhabilitation ne peut plus attendre.

Des écoles et des garderies

De gros efforts devront encore également être faits en matière de lieux d’accueil pour la petite enfance et de constructions scolaires. Pour des raisons démographiques et parce que dans les quatre ans à venir, ce ne sont pas moins de 2000 habitants supplémentaires que la ville de Vevey va devoir accueillir aux Moulins de la Veveyse (ex ACMV), Cour aux marchandises (av. Reller) et aux Bosquets (nord de la gare CFF)

Si les moyens financiers venaient à manquer pour pouvoir réaliser ses investissements urgents, il conviendrait d’en reporter certains dans le temps – alors que certains sont sur le point d’aboutir – ou alors d’être contraint de remonter le niveau d’endettement à un niveau qui n’est pas idéalement souhaitable.

Déjà moins d’impôts !

Pour la commune de Vevey, les exercices comptables à venir ne seront pas forcément si roses que les libéraux veulent bien le voir. En effet, les indicateurs conjoncturels ne sont pas favorables avec notamment pour conséquence une hausse importante du taux de chômage en vue. Et le paquet fiscal décidé par le parlement cantonal et approuvés en votation populaire en février dernier contribuera à péjorer les finances communales. Ces allégements en faveur des familles et des entreprises s’appliqueront aux revenus 2009 que les contribuables déclareront en 2010.

Jérôme Christen, municipal en charge de l’Architecture, des Infrastructures, de l’Urbanisme et de l’Education

3 réflexions sur « Moins d’impôts, moins de prestations »

  1. Monsieur le Municipal,

    Je tiens à vous rappeler la jurisprudence du Tribunal Fédéral qui prévoit que “le droit à la libre formation de l’opinion exclut en principe toute influence directe des autorités.”

    Le Tribunal administratif vient d’interdire à la municipalité de la ville de Genève de s’immiscer dans la campagne, sur le même sujet de la baisse d’impôt. “Les communes ne sont pas autorisées à faire de la propagande électorale” écrit la Cour.

    Vos collègues de la Municipalité et vous-même seraient bien inspirés de respecter les règles et de laisser le soins aux “simples citoyens” de faire campagne sur ce sujet.

    Meilleures salutations

    Pierre Clément
    Président Parti Libéral Vevey

  2. Le muselage est-il le nouveau crédo libéral ? Quelle vision misérable de la politique que de vouloir interdire à ceux qui ont été élus de donner des éclairages aux citoyens sur les enjeux d’un réflexion aussi importante que le financement des crêches, équipements sportifs, lieux de culture, infrastructures de mobilité intelligeante (parking de délestage), etc. Monsieur le président du parti libéral, vous confondez propagande et information. Jérôme Christen fait de l’information et les citoyens lui en sont gré. Ils ne sont pas des imbéciles et sauront se faire une opinion au moment du vote (si vote il y a).
    J’ai toujours cru en une vision libérale de la société, si on comprend le libéralisme comme la confiance mise en chacun à se faire sa propre opinion, à se prendre en charge et à agir ensuite en connaissance de cause. Tout le contraire de vos velléités de censure !

  3. Inopportune, potentiellement liberticide (sans qu’il soit besoin de se référer à une quelconque forme de libéralisme pour le penser, la références aux droits fondamentaux suffit), la diatribe du parti libéral veveysan est surtout d’une étonnante incompétence !

    Il faut d’abord souligner que Pierre Clément cite l’avis de deux niveaux juridiques bien différents. Une règle générale, exprimée par le tribunal Fédéral, et un décision dans un cas précis du Tribunal administratif genevois. Omettre le «genevois» dans le second cas tend à donner à cette décision une portée et une autorité plus grandes que celles qu’elle a.

    Deuxièmement, la jurisprudence du TF n’a pas permis d’interdire aux Municipalités du canton de Vaud de participer à la propagande contre l’initiative Police unique. C’est donc qu’elle n’est pas si claire et simple à appliquer que cela.

    Troisièmement, il devrait être bien évident qu’un décision du Tribunal administratif genevois n’a aucune autorité dans le canton de Vaud.

    Enfin et surtout, TF et TA-Ge parlent des «autorités». Et non des membres desdites autorités en tant qu’individus. D’ailleurs Olivier Jornot – avocat porteur du recours genevois contre la l’exécutif communal de la Ville de Genève et éminent membre du Parti libéral genevois – reconnaît que «les conseillers administratifs peuvent toujours participer au débat contradictoire, mais “à titre personnel”». Cité par Le Courrier du mercredi 09 Septembre 2009 (http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=443462), quotidien dont on ne saurait trop recommander la lecture à M. Clément. Un peu d’opinions divergentes entre les deux oreilles, ça ne peut pas faire de mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *