Message du municipal de l’Education à la journée des promotions scolaires

Discours prononcé à l’occasion des promotions scolaires, le 4 juillet 2008

Un jour, un élève veveysan rentrait du collège en compagnie d’un de ses camarades. Alors qu’il passait devant le poste de police, son camarade lui dit: tiens voilà Gustave Chaudet, qui était alors le syndic de cette ville. L’élève en question, tel qu’il le raconte en 1996, vit un homme plutôt petit, tout de noir vêtu, portant un chapeau melon noir, avec une petite moustache à la Charlot sous le nez, une canne à la main, l’air pontifiant. L’homme était tellement différent de ce qu’il imaginait qu’il a éclaté de rire. Gustave Chaudet a alors traversé la rue et lui demandé son nom. L’élève s’est aussitôt exécuté n’imaginant pas les conséquences que cela aurait par la suite.

Le lendemain matin, le concierge du collège, à l’arrivée de l’élève lui fit savoir que le directeur l’attendait dans son bureau. Là, il se retrouva face à des gens intimidants qu’il supposa être des membres de la commission scolaire. Après avoir été invité à faire le récit de l’incident de la veille, il apprit que son éclat de rire était d’une gravité telle qu’il fut puni de sept jours de suspension. Pire, son père fut par la suite informé qu’à la rentrée d’automne un agent de police serait à la porte du collège pour lui en empêcher l’accès. C’est ainsi que Philippe Dénéréaz, ancien abbé-président de la Confrérie des Vignerons, car c’est de lui qu’il s’agit, termina son collège à Montreux.

C’était en 1932. On peut affirmer sans prendre trop de risque qu’un tel crime de lèse-majesté n’aurait aujourd’hui pas les mêmes conséquences. Peut-être même que le syndic ou le Municipal de l’Education serait flatté de savoir qu’un élève le reconnaisse dans la rue et qu’un autre soit amusé par son accoutrement.

Le traditionnel discours des promotions est l’occasion pour le Municipal en charges des écoles, d’adresser un message d’encouragement ou une réflexion sur leur avenir aux élèves qui terminent ou sont proches de terminer l’école obligatoire.

C’est aux élèves que je m’adresse principalement, mais cela nous concerne tous.

Votre réussite et le bonheur qui en découle résidera dans votre capacité à voir les cotés positifs en toutes circonstances et de viser l’excellence dans quelque domaine que ce soit. Il faut croire à ce que l’on fait et pour cela faire ce en quoi l’on croit.

Dans quelque secteur d’activité, à tous les échelons de la société, vous verrez qu’apprendre c’est comprendre, et que celui qui n’essaie pas de comprendre le monde qui l’environne ne peut pas s’épanouir aussi pleinement car il n’a pas la même capacité d’échange avec les autres.

Soyez curieux, sortez de votre cocon, du train-train quotidien. Dans toute activité, que vous soyez à l’école, au gymnase en apprentissage ou dans une phase transitoire, quel que ce soit le métier que vous exercerez plus tard, il y aura toujours un potentiel de créativité. Et quoi de plus gratifiant que de pouvoir apporter sa pierre à un édifice.

Soyez lucide sur vos qualités et vos faiblesses, mais soyez ambitieux, car souvent l’utopie, c’est ce qui paraît impossible aujourd’hui, mais qui sera réalité demain.

Cultivez donc la passion, celle qui permet de gravir des sommets, pas celle du coup de tête qui risque de n’être qu’un feu de paille, mais la passion basée sur des expériences concrètes et éprouvées. Au moment où vous devrez faire des choix d’orientation, interrogez des professionnels aguerris, multipliez les contacts et les échanges de vue.

Mais dans tous les cas, engagez-vous à fond et restez vous-même!

Je tiens tous à vous féliciter pour votre engagement tout au long de l’année. J’aimerais remercier le nouveau directeur des écoles secondaires, Serge Overney, avec qui nous avons une excellente collaboration, vos enseignants qui accomplissement quotidiennement une tâche éprouvante, et également le service de l’Education dirigé par M. Bays qui accomplit un énorme travail avec toute son équipe.

Et je terminerai par soumettre à votre réflexion une perle des examens de maturité de 2006.

La loi des probabilités s’appelle ainsi parce qu’on est pas sûr qu’elle existe.

Au nom de la Municipalité, je vous souhaite une belle journée, un bel été et vous adresse tous mes vœux de réussite.

3 réflexions sur « Message du municipal de l’Education à la journée des promotions scolaires »

  1. Vevey c.p.342 André de GIULI
    Comment-vous dire mon émotion d’apprendre, Mon Cher Jérôme, par le Web, qu’au cours d’une séance académique, tenue à l’occasion des “Promos”, vous avez cité une page entière de Vibiscum et, de plus, une lettre personnelle, à moi adressée en 1996 par mon regretté ami Philippe Dénéréaz.
    Cette émotion aurait pu être une fête, si continuant la lecture j’avais pu y lire quelques traces sur l’origine de ces documents, comme il est d’usage entre gens de bonne société.
    J’en suis fort déçu, et me console en pensant que je n’ai plus plus rien à attendre des ingrats Veveysans, ou prétendus tels, et que je n’aurais qu’à compter désormais, sur mes seules iniatives.
    Avec mes civilités. A.de G
    André de G.

  2. Thanks for any other informative web site. Where else may just I get that kind of information written in such an ideal way? I have a mission that I am just now operating on, and I have been on the look out for such information. bakddkgfaacfkekd

  3. Monsieur,

    Les informations figurant sur ce site sont rédigées par les membres de notre parti. J’en aide parfois certains, ayant plus de vingt ans de pratique journalistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *