Conseil communal du 30 août 2007

Dans la correspondance, le Président mentionne la lettre de Riviera Libre concernant le débat du 13 septembre 2007. Avis en est fait à tous les conseillers communaux par un “papillon” déposé sur chaque siège.

S’agissant des nominations de membres du Conseil communal dans les diverses commissions, Yves Arbel (membre) et Emmanuelle Zeller Matter (suppléante) sont désignés pour la prise en considération du postulat de Roland Rapin intitulé “Vevey adhère à la Charte de l’eau!”. Fwley Diangitukwa (membre) et Randolph Hunziker (suppléant) sont désignés pour le rapport-préavis sur la construction d’un immeuble locatif à la Rue des Marronniers 6 avec une demande de subventionnement des loyers (préavis 19/07). Enfin, Francis Baud (membre) et Randolph Hunziker (suppléant) sont désignés pour le rapport-préavis concernant la motion d’Henri Chambaz intitulée “Vevey-Orient en péril: une volonté politique?” (préavis 22/07).

Avec le soutien du Groupe Vevey Libre, Pascal Nicollier dépose une motion “Vevey, ville propre” qui fait l’objet d’un débat préliminaire en plénum. La motion propose que la Municipalité entreprenne une campagne de sensibilisation pour que la population respecte l’espace public avec plus d’attention. Plusieurs membres s’expriment pour élargir le champ de la motion aux actes de vandalisme. La Municipalité semble vouloir que la motion soit transformée en postulat, acte moins contraignant. Au final, le Conseil communal vote le renvoi de la prise en considération de la motion à l’examen d’une commission, qui pourra alors préciser ou élargir le texte afin qu’il embrasse au mieux tous les “desiderata” des membres du conseil. Suite donc au prochain numéro.

Le conseil traite de la question de la vente de la parcelle communale n°2256 sise au Quai Perdonnet. Le débat s’enflamme au sujet de la parcelle adjacente dite “parcelle du pêcheur”… Vevey Libre soutient le préavis de vente, considérant que la parcelle du pêcheur fait l’objet d’une autre discussion qui devra avoir lieu en temps utile, le cas échéant. Au vote, le Conseil communal accepte le préavis de vente.

De même, après un autre débat, le Conseil communal accepte les autres préavis (avec quelques amendements de forme) sur la perception de l’indemnité communale liée à l’usage du sol pour la distribution et la fourniture en électricité (17/07) et la création d’un fonds pour l’énergie et le développement durable (18/07).

La réponse à l’interpellation de Pascal Nicollier, soutenue par le Groupe Vevey Libre, intitulée “La Riviera dans la communauté tarifaire ‘Mobilis’, retard sur l’horaire?” fait l’objet d’une intervention de l’interpellateur. Ce dernier souligne que l’existence de deux pôles décisionnels sur la Riviera (en l’occurrence: VMCV et MOB) ne constitue en aucun cas un argument pour expliquer le retard pris sur le projet puisqu’il existe de nombreux autres partenaires dans les autres zones desservies par la communauté tarifaire “Mobilis”. L’interpellateur est choqué du fait que les VMCV ont remplacé leurs machines à billets à grands frais en 2005 alors que l’entreprise est déficitaire et que, surtout, lesdites machines sont incompatibles avec les automates de la communauté tarifaire “Mobilis”. Pourtant, en 2005, “Mobilis” existait déjà. Cela démontre donc que les VMCV ont engagé d’importants frais grevant leur budget au détriment de la collectivité qui doit éponger son déficit, pour acheter des installations qui entraînent une perte de prestation pour les usagers, qui ne peuvent toujours pas bénéficier des avantages de la communauté tarifaire “Mobilis”. Au second degré, l’interpellateur le regrette d’autant plus que les touristes qui paient la taxe de séjour peuvent, eux, acquérir une “Riviera Card” qui leur donne accès non seulement aux VMCV gratuitement et à 50% de réduction sur les trains, mais qu’en plus, ils reçoivent même le “verre de l’amitié” à l’Office du tourisme! Dommage que les citoyens de la Riviera doivent continuer à jongler avec les différences de billets et de tarifications pour chaque transport public…