2006-2011, l’amorce d’un printemps politique

Développement de Vevey : 2006-2211, l’amorce d’un printemps politique

Lors de la dernière législature, alors que le municipal en charge de l’urbanisme et des constructions était PLR, les investissements se sont montés annuellement à 4,5 millions. Il n’y a eu aucun investissement exceptionnel. Durant la législature en cours, ils ont été plus que quadruplés avec 19,5 millions d’investissements annuels en moyenne.
Des investissements en forte hausse, c’est bien joli, vous me direz, mais encore faut-il qu’ils soient utiles et nécessaires. Ce doit être le cas, puisqu’aucun d’entre eux n’a été contesté par le Conseil communal. Je peux citer les principaux :

En matière sportive

Pour les footballeurs, les vestiaires du terrain de Copet 1 ont été rénovés, de nouveaux vestiaires et une buvette ont été construits entre Copet 1 et Copet 2, le terrain de la Veyre a été remis à neuf et doté de vestiaires et d’une cafétéria. Pour compléter le tableau, nous allons terminer cet automne la remise en état du terrain de Copet 1 avec un revêtement qui constituera une première suisse puisqu’il n’existe qu’en Italie pour le moment : un gazon naturel renforcé qui présente les avantages à la fois du naturel pour le jeu et du synthétique pour le nombre d’heures d’utilisation.
Pour les basketteurs, nous avons refait les vestiaires des Galeries du Rivage et posé un sol en parquet, un projet attendu depuis de nombreuses années.

Sur le plan culturel

Nous sommes pleine réfection du Musée Jenisch, un projet qui va faire de cette institution la plus importante du canton après le Musée des Beaux-Arts de Lausanne.

Pour les acteurs culturels et associatifs, le projet de restauration de la salle del Castillo est bien avancé, puisque les heureux lauréats du concours sont sur le point de terminer leurs plans pour la mise à l’enquête. La demande de crédit de construction se fera à la fin de l’année.

Suivra dans la foulée la réfection du bâtiment de l’Oriental qui permettra à l’Association du même nom d’être dotée d’un bel outil de travail et de pouvoir considérablement renforcer la renommée de ce théâtre de création en Suisse romande.

Parc immobilier

Plusieurs bâtiments d’habitation appartenant à la commune ont été remis à neuf. L’exemple le plus frappant est la rénovation exceptionnelle des tours de Gilamont, avec la clef 230’000 francs d’économies en matière d’énergie, un lieu d’habitat totalement revalorisé, avec un prime une magnifique fresque dédiée à Charlot. C’est un projet exemplaire sur le plan social et constructif.

En matière énergétique

Le service que l’ai honneur de diriger s’est doté d’un plan directeur des énergies, c’est la deuxième ville du canton après Lausanne à bénéficier d’un tel outil. Et il n’est pas en train de s’empoussiérer dans un tiroir !
Nous travaillons actuellement sur plusieurs projets de chauffages urbains dont l’un, dans le secteur Gilamont-Les Toveires pourrait à terme chauffer avec une centrale à bois 39 bâtiments représentant 700 appartements et deux bâtiments scolaires de 70 classes.

Il serait fastidieux de détailler ici toutes les actions concrètes menées en matière de politique énergétique sur le territoire de la ville de Vevey. Mais cette politique et citée en exemple et sert de référence pour de nombreuses collectivités en Suisse. Nous venons d’ailleurs d’être désigné « Cité de l’énergie pionnière sur la voie de la Société à 2000 watts » en compagnie de quatre autres villes de Suisse.

En matière d’urbanisme

Le projet des Moulins de la Veveyse est en partie réalisé. Il permet de mettre 400 logements sur le marché. Nous avons dû être extrêmement attentifs pour que le promoteur tienne ses engagements.

Le plan partiel d’affectation de la « Cour aux marchandises » sera prochainement mis à l’enquête. Il permettrait d’accueillir 670 et 750 habitants supplémentaires et entre 360 et 410 emplois.

Un concours d’architecture sera prochainement lancé pour la construction d’un bâtiment de tête de ville en Bergère, affecté au secteur tertiaire. La parcelle sera vendue avec le projet à un professionnel de l’immobilier.
Quant au secteur gare (aménagement de la place de la Gare et projet immobilier et d’espaces publics derrière la gare), il fera l’objet au début de l’automne d’un concours d’idées d’aménagement. Nous sommes en train d’établir au préalable un plan mobilité qui a pour but de fixer des objectifs d’aménagements étalés dans le temps afin de prendre au plus vite le « train » de la mobilité douce. C’est une exigence cantonale si l’on veut pouvoir justifier la réalisation d’un parking derrière la gare qui, avec d’autres mesures complémentaires, permettra de réduire le trafic motorisé dans le centre historique de la ville.

En matière d’octroi de permis de construire et face aux demandes de renseignements, nous avons amélioré la rapidité de leur traitement et sommes à ce titre exemplaires.

Un service restructuré

Les objectifs fixés ne peuvent être atteint qu’avec une équipe de collaborateurs performants. Or quand je suis arrivé, le service des constructions fonctionnait avec des processus archaïques sans les processus et les approches qui sont aujourd’hui propres aux administrations modernes et performantes. Grâce à des départs à la retraite, un nouveau chef de service visionnaire et efficient a été nommé et des collaborateurs qualifiés engagés, malgré un marché asséché. Cela signifie clairement que l’ambiance de travail constructive qui règne aujourd’hui dans le service Architecture et infrastructures (nouvelle appellation) a suscité des vocations et constitue un énorme stimulant.

Durant ces quatre dernières années, tous les projets susmentionnés ont été menés avec un effectif du personnel qui n’a pas augmenté. C’est dire si mes collaborateurs ont été particulièrement efficaces notamment grâce à un esprit d’entreprise et une confiance rétablie après la triste législature 2002-2006.
L’effectif du personnel a été légèrement augmenté au début de l’année pour faire face aux nombreux projets en cours ou à venir.

Les affaires courantes

J’ai évoqué là exclusivement les gros projets. Mais nous avons également réalisé des investissements an matière d’infrastructures (canalisations et routes) et en matière de bâtiments, actuellement plus de soixante dossiers sont ouverts, entre les chantiers et les études en cours. La Direction de l’Architecture et des Infrastructures fait avaliser chaque année en moyenne une centaine de décisions, le service de l’Urbanisme environ 170. S’ajoutent à cela toutes les décisions prises à l’interne des services.

En conclusion

Je n’ai certainement pas été parfait. Parfois, j’ai pêché par optimisme quant à notre capacité à faire avancer des dossiers aussi rapidement que je l’aurai souhaité. Mais la seule évocation des principaux projets réalisés et en cours démontre que le soussigné n’a pas chômé, bien au contraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *